C’était un visage ! Un très beau visage que le grand cinéaste italien Gillo Pontercorvo a immortalisé à travers son film mythique «La bataille d’Alger». Plus qu’un visage, c’était une icône, si rare qu’on ne le revoit plus qu’à travers ce long métrage de Pontecorvo, tourné en 1966, quand tout était du domaine du possible dans cette belle, jeune Algérie des premières années de l’indépendance.
Après le long métrage de Pontecorvo, Fouzia Menaceri n’a plus tourné de film, parce que ça ne l’intéressait pas et ne voulait plus faire de films, témoigne Salim Aggar. Le directeur de la Cinémathèque, qui a sans doute été le seul à l’avoir interviewé pour son documentaire «l’histoire de La bataille d’Alger», a permis au public algérien de connaître une personne sensible identifiée à jamais à l’une des créations cinématographiques les plus remarquables sur la Guerre de libération et qui a influencé des générations de militants aux quatre coins du monde comme le montre un documentaire récent de Malek Bensmaïl, «La bataille d’Alger, un film dans l’histoire» sorti en 2017. Fouzia Menaceri est morte à l’âge de 79 ans. Elle avait joué, à l’âge de 25 ans, le rôle de Hassiba Ben Bouali. Dans le documentaire de Salim Aggar, elle témoigne pour la première et unique fois sur son rôle et sa prestation. L’enterrement de la défunte a eu lieu hier après-midi au cimetière El Alia.