Un tribunal égyptien a condamné mercredi à la prison à vie onze responsables du mouvement des Frères musulmans, reconnus coupables d’espionnage pour le groupe islamiste palestinien Hamas et le Hezbollah libanais, selon une source judiciaire. Parmi ces onze personnes condamnées à la prison à vie –qui équivaut en Egypte à 25 ans de détention– figurent le guide suprême de la confrérie Mohamed Badie et son adjoint Khairat al-Chater. Cinq autres membres des Frères musulmans ont été condamnés à des peines allant de 07 à 10 ans de prison. Six ont été acquittés, a indiqué la source judiciaire. Tous étaient accusés d’avoir «commis des crimes en collaboration avec des organisations étrangères», a-t-elle ajouté en citant le Hamas et le Hezbollah. Ils ont été accusés de «financement du terrorisme». «Les crimes commis ont nui à l’indépendance et la sécurité du pays», a déclaré avant l’énoncé du verdict, le juge Mohamed Fahmy. «Ils ont trahi leur nation et ils n’ont aucune excuse». Les condamnés ont encore la possibilité de faire appel, selon la source judiciaire. L’affaire concernait également l’ancien président islamiste Mohamed Morsi, mort lors d’une audience en juin. Il est décédé après six années passées en prison depuis sa destitution en 2013 par le chef de l’armée, Abdel Fattah al-Sissi, devenu depuis chef de l’Etat. Depuis 2013, M. Sissi a mené une répression sans merci contre l’opposition, particulièrement la confrérie des Frères musulmans, déclarée «organisation terroriste» par la justice la même année.