Les élèves du village Boumansour, dans la commune de Yakouren, à une trentaine de kilomètres, à l’est de Tizi Ouzou, n’ont pas connu une rentrée scolaire normale comme les enfants du reste du pays. La cause de cet ajournement de la rentrée des classes pour les bambins de Boumansour, la fermeture de leur école sur ordre des services du CTC qui estiment qu’elle constitue un véritable danger pour la sécurité des élèves. De fait, et pour parer à l’urgence, la direction de l’éducation a pris la décision de les ventiler à travers les autres écoles primaires de la région, en attendant de procéder aux réparations préconisées par les services techniques de l’urbanisme. Malheureusement, déplorent-on, la majorité de ces écoles connaissent un problème de saturation et de surnombre. Intervenant sur le réseau social Facebook, des citoyens ont dénoncé cette situation que d’aucuns ont qualifié de « gâchis », à l’instar de Juba D. qui se demande « pourquoi les autorités concernées ont attendu la rentrée pour faire part de cette situation dont les premières victimes sont les élèves qui sont obligés d’être scolarisés loin de leur domicile. » Une inquiétude aux antipodes de l’assurance affichée par les responsables locaux de l’éducation. Ces derniers, se voulant, comme toujours, rassurants, annoncent une rentrée des classes dans de bonnes conditions, rejetant le spectre de la surcharge des classes. n