Le corps sans vie d’un jeune a été récupéré, cette semaine, par les plongeurs de la Protection civile au niveau de la plage de Tizirine dans la commune de Cherchell, où il s’est retrouvé englouti dans les eaux loin de la plage, en même temps que sept autres de ces camarades, tous venus de Aïn Defla, dont six ont pu être sauvés d’une mort certaine.

L’inconscience des jeunes, dont certains ne sachant pas nager, les incite à aller nager loin du rivage et de se prêter à des jeux puérils, qui finissent quelquefois en drame comme cela a été le cas pour ce jeune venu à Tipasa profiter des bienfaits de la mer et qui retourne chez lui dans un cercueil. Depuis l’ouverture de la saison estivale et à ce jour, 6 jeunes se sont noyés au niveau des plages de la wilaya de Tipasa et des centaines d’autres ont été repêchés et sauvés par les services de la Protection civile sur les côtes de la wilaya de Tipasa, dont l’un dans une plage non autorisée à la baignade, apprend-on auprès de ces services. Les services de la Protection civile de la wilaya de Tipasa ont repêché, en juillet le corps d’un jeune d’une vingtaine d’année originaire de Saoula (Alger) dans une plage à Aïn Tagourait. Ces mêmes services ont repêché le lendemain, le corps sans vie d’un jeune âgé de 22 ans originaire de la wilaya d’Adrar qui s’était noyé à la plage de Matarés, une plage autorisée à la baignade au centre de la ville de Tipasa. Deux autres noyés dans des zones non surveillées et, par conséquent non autorisées à la baignade. Depuis le début de la saison estivale, le bilan des morts par noyade s’est élevé à six victimes dans la wilaya de Tipasa, selon notre décompte. Sur les routes, même bilan macabre, puisque les agents de la Protection civile ont porté secours, hier dimanche, à un jeune de 20 ans originaire de Douaouda, qui a rendu l’âme, suite à un accident avec sa moto et ce malgré son transfert rapide à l’hôpital augmentant, considérablement, le nombre de victimes de la route cet été surtout en milieu urbain. n