Signe d’une prise de conscience écologique, des jeunes structurés ou pas dans des associations à Oum El Bouaghi multiplient les actions bénévoles de nettoyage de l’environnement au chef-lieu de wilaya et dans nombre de ses communes.
Mobilisés via la page «Oum El Bouaghi news», suivie par près de 94.000 personnes sur le réseau social Facebook, des jeunes ont lancé depuis plus d’un mois une vaste opération de nettoyage du cimetière «Sidi Amar» envahi par les mauvaises herbes avec tous les risques de prolifération de petites bêtes et insectes nuisibles que cela pourrait induire. L’initiative a été suivie par le lancement par les animateurs de la page, de plusieurs appels à des actions de nettoyage et d’embellissement des quartiers de la ville d’Oum El Bouaghi et de plantation d’arbres. Les appels ont reçu un écho largement favorable, auprès des jeunes et moins jeunes. A Aïn Beïda distante de 26 km à l’Est du chef-lieu de wilaya, un groupe de jeunes a lancé une opération similaire de nettoyage du cimetière de «la route de Sedrata» dont l’entrée et les pistes avaient été rendues quasi-inaccessibles par la multiplication envahissante des herbes et surtout des plantes épineuses. L’association Talaï El-Kheïr de la même cité, qui attend son agrément, a lancé une action de nettoyage des alentours du lycée «Brakenia» et plusieurs quartiers. A l’extrême Ouest de la wilaya et précisément à Aïn Kercha, les jeunes membres de l’association «ma ville propre», ont lancé de multiples campagnes d’enlèvement des ordures et déchets de plusieurs artères de la ville dont l’avenue «Les travailleurs» et «Touati Miloud», a indiqué son président Kamel Kemache. L’association a nettoyé également les alentours de l’hôpital et le cimetière et prévoit, selon son président, d’autres actions pour préserver l’hygiène de l’espace commun urbain et contribuer au maintien d’un environnement propre. La prolifération des insectes et moustiques inquiètent les citoyens Plusieurs habitants de la nouvelle ville et des cités «Ennasr» et «Mostefa Benboulaïd» au chef-lieu de wilaya ainsi que la cité «300 logements» et «les frères Belalmi» de la ville d’Ain Beida, se sont plaints depuis le début de la saison chaude de la prolifération des moustiques qui les privent souvent d’un bon sommeil réparateur durant les courtes nuits d’été. «Nous n’arrivons presque plus à dormir la nuit avec les moustiques dont la multiplication a été favorisée par les mauvaises herbes et plantes sauvages ayant poussé à la faveur des pluies de les printemps et début d’été, au point de constituer de véritables sous-bois au pied des cités», affirme le jeune Karim. Pour lutter contre cette situation préoccupante, les services techniques de la commune d’Oum El Bouaghi pulvérisent du pesticide en début de soirée à travers les quartiers, assure Mme Yamina Remache, présidente de la commission santé, hygiène et protection de l’environnement, qui a regretté que la commune ne compte qu’un seul pulvérisateur, notant que l’APC prévoit d’acquérir deux nouveaux pour la lutte anti-moustiques. La même cadre a estimé que l’hygiène de l’environnement implique, outre les services communaux, les autres organismes publics dont l’Algérienne des eaux (ADE) qui doit intervenir pour réparer les fuites d’eau et l’OPGI appelés à assumer la charge d’assécher les vides sanitaires de ses immeubles des éventuelles fuites des réseaux d’eau. La direction locale des travaux publics a procédé depuis le mois d’avril dernier à l’élimination des herbes sur les lisières des routes nationales de la wilaya, a indiqué Khaled Bourouhou, chef du service maintenance des infrastructures de base, précisant que l’opération menée manuellement et mécaniquement par 12 brigades, a touché 110 km sur 400 km programmés.(APS)