La direction générale de la sûreté nationale (DGSN) n’a pas été épargnée par les sanctions inévitables qu’imposait la tournure dramatique prise jeudi dernier durant le déroulement du concert du rappeur algérien Soolking et qui s’est soldé par le décès de cinq personnes et la blessure d’une vingtaine d’autres. Le premier responsable de la DGSN, Abdelkader Kara Bouhadba, a été ainsi limogé de son poste par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, 48 heures seulement après le drame. C’est ce qu’a indiqué, hier, un communiqué de la présidence faisant état de la nomination de M. Ounissi Khelifa au poste de DGSN en remplacement de M. Abdelkader Kara Bouhadba. Cette sanction vient manifestement pointer la responsabilité des services de la police dans ce qui s’est produit dans le stade municipal de Ruisseau en attendant bien attendu les conclusions de l’enquête décidée par le procureur de la République. Le procureur de la République s’était déplacé, pour rappel, sur les lieux du drame dans la soirée même et a annoncé l’ouverture d’une enquête judiciaire. Désigné au mois de février dernier à ce poste dans un contexte politique peu ordinaire, Abdelkader Kara Bouhadba paie ainsi les frais d’une désorganisation qui a marqué le déroulement du concert de Soolking. Le désormais ancien DGSN, Abdelkader Kara Bouhadba, qui était hier en visite de travail et d’inspection, dans la wilaya d’El-Tarf, quitte son poste où il n’a pas régné plus de 5 mois. Son remplaçant, Khelifa Ounissi, a occupé, quant à lui, plusieurs postes de responsabilité au sein de la Police nationale, notamment celui de directeur général de la police des frontières.