La wilaya de Naâma a enregistré 982 cas d’envenimation scorpionique, dont un cas de décès, une fillette de 4 ans, depuis le début de l’année en cours jusqu’à la mi-août, a-t-on appris mercredi auprès de la direction de la Santé et de la Population. Ce bilan est en hausse par rapport à la même période de l’année 2018, qui a enregistré près de 750 cas d’envenimation par piqures de scorpions. Cette hausse est notamment due à la prolifération de cet insecte venimeux durant cet été, particulièrement depuis le début de juillet dernier. Il a été en outre constaté durant cette période, une baisse du nombre de décès. «Un seul cas de décès en 2019 signalé contre 3 cas l’année passée», a-t-on indiqué. Les zones qui connaissent la propagation des scorpions sont les communes de Aïn Sefra, Naâma, El Biodh, ainsi que d’autres agglomérations relevant des communes de Tiout, Asla, Sfisifa, a-t-on indiqué. Le suivi et la prise en charge des victimes de piqures de scorpions sont assurés par les établissements de santé de proximité répartis à travers la wilaya, a-t-on ajouté. «Les produits anti-venin sont disponibles dans la plupart des structures de santé de la wilaya. Depuis le début de l’été en cours, plus de 1600 doses de sérums contre les piqures de scorpion ont été distribuées aux différentes permanences sanitaires et les salles de soins, notamment celles relevant des communes et villages enclavés», a-t-on souligné. De concert avec les collectivités locales, une opération d’intensification de la collecte de scorpions est menée, outre l’organisation de campagnes de sensibilisation pour la protection contre les dangers de ce type de venin.
Une campagne de protection et de sensibilisation ciblant un certain nombre d’espaces de la wilaya, à savoir les marchés hebdomadaires, les places publiques, les vergers, les oasis et les points de regroupements des éleveurs, est organisée en collaboration avec des cadres de la direction de la Santé et de la Population, et les agents de la protection civile. n