L’avocat et ancien président de la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme, Ali-Yahia Abdennour, n’est pas acquis au projet du panel pour le dialogue et la médiation.
Contacté par des membres du panel, Ali-Yahia ne semble pas prêter beaucoup de crédit au projet que coordonne Karim Younès. Ainsi, dans une déclaration rendue publique, hier, l’avocat a informé qu’il a reçu, samedi, une délégation du panel. «J’ai reçu, à leur demande, le samedi 17 août 2019, à mon domicile à Alger, des membres du panel, conduits par le coordinateur Karim Younès. Cette délégation m’a salué en ma qualité d’avocat, l’un des derniers doyens du Mouvement national, de la lutte de libération nationale et de défenseur des droits humains en Algérie», a-t-il écrit, précisant que face à la délégation, «j’ai réaffirmé mes préoccupations devant la situation politique, économique et sociale que vit notre pays. J’ai rappelé, à l’occasion, mes positions souvent répétées, quant à la nécessité d’engager le pays sur les voies qui lui permettent de sortir de la crise qui dure et qui perdure». «Aujourd’hui, la situation du pays relève de l’urgence et les revendications populaires portées depuis plusieurs mois pour la mise en place d’un système politique démocratique et légitime s’imposent», a souligné M. Ali-Yahia, ajoutant que, pour lui, «le panel de dialogue et de médiation mis en place n’est pas sur la bonne voie pour apporter les réponses aux attentes de la population.
Il est donc nécessaire d’explorer d’autres moyens pour aller réellement dans le sens des revendications reprises par des millions d’Algériennes et d’Algériens chaque vendredi». Il faut noter que le panel rendra public un communiqué où il informera de cette rencontre avec Ali-Yahia. Ce dernier aurait émis le vœu de surseoir à cette communication «de peur de travestir ses propos».