L’ancien sélectionneur de la Guinée, le Belge Paul Put, a été radié « à vie » par la fédération guinéenne de football, qui l’a reconnu « coupable de corruption » un mois après son limogeage pour des résultats insatisfaisants lors de la dernière CAN. Paul Put, qui a occupé le poste de mars 2018 au 16 juillet dernier, devra en outre s’acquitter d’une amende de 100.000 euros, a indiqué la fédération dans un communiqué reçu samedi.

La commission d’éthique de la fédération a établi que le technicien belge avait « enfreint l’article 21 (corruption) » de son code d’éthique, indique le communiqué, sans plus de précision sur les faits qui lui sont reprochés. « Il a été ainsi prononcé à son encontre une interdiction à vie de toute activité relative au football (administrative, sportive ou autre) au niveau national », ajoute le texte. L’enquête visait au départ Amadou Diaby, premier vice-président suspendu de la fédération guinéenne et portait sur un « système de corruption mis en place durant la période mars 2018-juin 2019, et en particulier sur son rôle dans la perception d’une commission de 10% sur le salaire » du sélectionneur Paul Put, selon le communiqué. La fédération a prononcé à l’encontre d’Amadou Diaby une interdiction de sept ans (dont cinq ferme) d’exercer toute activité liée au football, ainsi qu’une amende de 25.000 euros.