Plus de 60 hectares de pins d’Alep et maquis ont été détruits par 23 feux de forêt qui se sont déclenchés en 24 heures dans la wilaya de Tipasa où les éléments de la Conservation des forêts, aidés par les agents de la Protection civile se sont battus pour les circonscrire, d’autant qu’ils étaient tous situés dans une zone montagneuse fortement boisée de la wilaya.

Le feu le plus difficile à circonscrire et qui a détruit 8 ha de pins d’Alep, une espèce fortement inflammable, a eu lieu dans la localité de Beni Ouarkchen dans la commune de Larhat. Selon le chargé de la cellule de communication de la Protection civile, les hommes du feu ont dû se battre plusieurs heures d’affilée car les 23 incendies se sont allumés les uns après les autres rendant la tâche difficile avec le premier qui s’est déclaré dans le douar Benafia, dans la commune de Gouraya, où 22 ha de pins d’Alep, de broussailles et de maquis ont été dévorés et il a fallu 21 heures pour en venir à bout. Le second feu le plus important a été enregistré au Chenoua, du côté de la commune de Tipasa, où 2 ha de pins d’Alep ont été complètement anéantis, même topo au niveau du douar Chérif de Sidi Amar, 12 ha de pins d’Alep ont brûlé tandis que le troisième feu avait pour site le douar Bensalah, dans la commune de Cherchell, 2 ha de pins d’Alep ont été calcinés tandis que les quatrième et cinquième, qui ont mobilisé d’importantes troupes et moyens, ont eu lieu dans la région de Boudjebroune commune de Meurad, 5 ha de pins d’Alep et de maquis se sont consumés, et celui de la forêt de Handla commune de Sidi Semiane, 22 ha pins d’Alep sont partis en fumée. Ces 23 feux viennent s’ajouter aux 4 premiers enregistrés durant la première semaine de juillet en pleine canicule dans quatre communes de la wilaya de Tipasa, détruisant sur leur passage des dizaines d’hectares de forêt de pins d’Alep, de broussailles et de diverses cultures sans oublier les ruches implantées aux abords des espaces forestiers. Les 4 feux déclarés dans les communes forestières de Messelmoune, Nador, Sidi Amar et Menaceur ont provoqué chez les habitants une grande frayeur car certains n’étaient pas loin de leurs habitations, mais l’intervention rapide des agents des forêts, aidés par la Protection civile dans le cadre de la colonne mobile, ont réussi à les circonscrire, non sans efforts et difficultés. Le mois de juillet avec ces températures caniculaires et la sécheresse qui s’en sont suivies a été laborieux pour les équipes d’intervention mixte réduisant à néant les effets des dispositifs et autres plans de lutte contre les incendies de forêt à Tipasa concoctés chaque année pour les prévenir.
Les directions des forêts, en collaboration avec la Protection civile, ont été appelées à préparer le plan d’intervention plus tôt et à mobiliser tous les moyens humains et matériels pour éviter la réédition de l’été infernal de 2017, en mettant en branle les colonnes mobiles au nombre de 10, cette année.
Celles-ci sont déployées pour couvrir 10 régions forestières du nord du pays, dont une qui couvre Blida/Tipasa. Les brigades mobiles sont installées dans des sites proches des massifs forestiers afin d’intervenir rapidement car le facteur temps est déterminant dans la réduction du sinistre et, par conséquent, des dégâts. n