Plus de 4 700 ha de forêt ont été ravagés par les flammes, à travers le pays, depuis le début de la saison chaude. C’est ce qu’a indiqué, le dernier bilan de la direction générale de la Protection civile.

Le bilan laisse apparaître qu’une superficie totale de 4 792 hectares de végétation a été ravagée par les feux au niveau national, et ce, à travers plus de 600 foyers. La direction de la Protection civile a également précisé que cette superficie totale a concerné 1 127 ha de forêt, 1 501 ha de maquis et 2 164 ha de broussaille, contre 1 512,35 hectares se répartissant entre 801,64 ha de forêt, 225,60 ha de maquis et 485,11 ha de broussaille en 2018. C’est-à-dire que la superficie ravagée en 2019 représente le triple de celle détruite par les flammes en 2018.
La direction des Tuniques rouges a estimé que ce bilan est « lourd » bien que 50 % des surfaces détruites sont des maquis et des herbes sèches. Il s’agit néanmoins d’un bilan appelé à la hausse. Pour information, la wilaya de Tissemsilt vient en tête en matière d’incendies de forêt durant l’exercice 2019 avec la destruction de 1 126 ha. Par ailleurs, 2 667 palmiers, 52 881 arbres fruitiers, 291,25 hectares de blé ainsi que 734,5 d’orge ont été brûlés durant la même période, en précisant que des centaines d’hectares de récolte et plusieurs habitations ont été sauvés lors des opérations menées par la Protection civile.
Dilapidation du foncier forestier… 3 000 affaires/an devant la justice
Des parties entières de terres forestières, qui renferment d’innombrables richesses naturelles sont victimes, quotidiennement, de dilapidation. En témoigne le nombre d’affaires présentées devant la justice chaque année. Selon le directeur général des forêts, Mahmoud Ali, « une moyenne de 3 000 dossiers de détournement et de pillage du foncier forestier sont traités annuellement par la justice à l’échelle nationale ». Il a fait savoir que « ce phénomène est enregistré particulièrement dans les régions du littoral», notant également qu’«une majorité de ces affaires a été tranchée en faveur de la Direction générale des forêts ». Il a, à ce titre, recommandé de sensibiliser et d’ancrer chez les citoyens la culture de non-agression et de préservation de l’espace forestier, surtout que l’Algérie est caractérisée par des écosystèmes forestiers très diversifiés et fragiles, assurant dans ce contexte la disponibilité, en toutes circonstances, des agents des forêts à protéger la ressource forestière. Par ailleurs, le direction générale des forêts a fait part du reboisement d’une superficie globale de 880 000 ha dans le cadre du Plan national de reboisement, mis en œuvre entre 2000 et 2018, dans l’attente de l’affectation, à l’avenir, d’autres programmes à cette opération. Il a aussi souligné l’importance des décisions prises lors du dernier conseil interministériel relatives au renforcement des capacités opérationnelles des services de la Protection civile et de la direction générale des forêts, concernant les feux de forêt.