Maintenant que les lampions se sont éteints et que les affiches et drapeaux sont rangés, la CAN égyptienne aura été incontestablement une belle aventure pour l’Algérie. Un moment de pur bonheur pour les Algériens et les amoureux des Verts. L’on a du mal à réaliser l’exploit retentissant que vient de réaliser la sélection nationale dans une compétition qui nous a souvent habitués à la désillusion depuis plusieurs éditions déjà. La CAN est devenue à la longue une opération ardue et tout au plus le rôle d’outsider nous était dévolu. Cette épopée égyptienne d’un groupe qui a cru en ses chances est rentrée dans l’arène africaine pour vaincre et réaliser ce qu’aucun de ses prédécesseurs n’a pu faire. Dès les débuts de cette compétition très médiatisée, il y avait comme quelque chose de spécial dans ce groupe de Djamel Belmadi. Le coach aura finalement pu inculquer en quelques mois cette volonté de vaincre et cette solidarité à toute épreuve qui façonne les champions. C’est avec ça que l’Algérie est aujourd’hui championne d’Afrique pour la seconde fois de son histoire. La Coupe d’Afrique des nations dans sa 32e édition restera à jamais marquée dans le marbre de l’histoire du football algérien. Il fallait être fou d’imaginer aller soulever cette coupe dans une compétition qui regroupait outre l’Egypte sur ses terres, le Maroc, le Cameroun, le Nigeria, la Tunisie et bien sûr le Sénégal, excusez du peu. Les meilleures sélections du continent dont des mondialistes. Cette CAN que beaucoup considèrent comme ayant été peu spectaculaire restera qu’on le veuille ou non l’une des plus difficiles. La première à 24 équipes était loin d’être une promenade de santé. Face aux mastodontes du tournoi, les Algériens ont réussi non seulement à tirer leur épingle du jeu, mais, divine surprise, à développer le meilleur football et arracher un titre précieux, historique et divin.
Divine surprise
Finalement, l’Egypte pays avec lequel la compétition est traditionnellement passionnelle et frise souvent l’exacerbation aura été une véritable terre promise pour les Algériens. Des milliers de supporters en reviendront en ayant corrigé l’idée fausse d’hostilité supposée des Egyptiens à notre égard et vice versa. Depuis ce sacre, l’Egypte pays frère ne sera pas regardée de la même manière. C’est incontestablement l’autre réussite de la CAN 2019. Cette équipe d’Algérie a senti dès la première rencontre des poules qu’il y avait vraiment un bon coup à jouer. Une alchimie fabuleuse s’est véritablement accomplie entre les joueurs avec l’arrivée du coach qui a su galvaniser des footballeurs avides de vaincre mais qui étaient demandeur d’un chef d’orchestre capable de mettre en musique cet ensemble de talents à l’état pur. Au fil des rencontres, le groupe Algérie croyait en l’exploit, et la possibilité de réaliser une opération improbable. La confiance aura été un ingrédient incontestable que le coach a su doter ses joueurs. Ces derniers pourront désormais se targuer d’être champions d’Afrique, un titre qui probablement n’était possible que dans les rêves les plus fous. Incontestablement, les Algériens viennent de réaliser un exploit incroyable, alors que rares étaient ceux qui pariaient sur eux au début de cette CAN. Sauf probablement un seul, le sélectionneur Djamel Belmadi qui y a cru, l’a annoncé même et l’a accompli in fine. Aujourd’hui arrive le temps des bilans et de l’analyse de ce coup du Caire qui fera date. Comment le football algérien va exploiter cette consécration de haut niveau afin de booster, plus que jamais, le sport roi, celui qui suscite l’interminable passion.n