De notre envoyé spécial au Caire, Mohamed Touileb


Les Algériens en avaient besoin grandement et les « Fennecs » ont tout donné pour leur offrir ce merveilleux et historique moment. Les « Fennecs », tels des patrons, se sont posés sur le trône au pays d’Akhenaton. La campagne aura été pharaonesque et sans conteste. Dans un inédit contexte en Algérie, la sélection aura pu faire oublier le climat pesant pour faire de la place à la joie et aux rires.
Dans cette explication ultime, muet depuis le but sur penalty contre le Kenya en début de l’épreuve, Bounedjah, débloque la situation dès la 2e minute. Sa frappe est contrée par Salif Sané, de retour de blessure, mais la trajectoire en feuille morte trompe le portier Gomis. Les Algériens ne pouvaient pas espérer une meilleure entame contre des adversaires qui sont dangereux à partir du moment où ils mènent au score. En effet, les Sénégalais ont toujours remporté leur match quand ils ont pris les devants car ils n’ont jamais été rejoints au score. C’était déjà une force d’annihilée.

Fébrilité et tension
L’ouverture du score précoce a fait basculer ce duel dans un faux rythme. L’enjeu aussi est venu plomber les jambes avec des transmissions approximatives et des déchets dans le jeu. La première frappe cadrée après la réalisation de Bounedjah est intervenue à la 27e minute seulement. Sur un coup franc, Saivet qui trouve M’Bolhi à la parade. Dix minutes après, Niang s’essaye avec un tir en pivot du gauche qui passe au-dessus de la cage algérienne. Les dix dernières minutes étaient un peu poussives et tendues pour les camarades de Djamel Benlamri, impériaux en défense, qui ont réussi à rejoindre les vestiaires avec le mince et précieux avantage. Il fallait surtout préserver les nerfs qui commençaient à lâcher.
Un peu bousculés tactiquement, les « Fennecs » avaient besoin de réglages pour ne pas craquer. Djamel Belmadi était appelé à réajuster le dispositif pour mieux occuper le pré. En seconde manche, les duels étaient toujours hachés avec beaucoup de fautes commises. A l’heure de jeu, Bensebaïni perd le ballon et offre un contre aux Lions de la Téranga qui croient avoir obtenu un penalty. Après consultation du VAR, le referee camerounais Alioum revient sur sa décision. La main de Guédioura était collée. Dans la foulée Niang rate la cible (65’) puis Sabaly qui oblige M’Bolhi à se déployer (68’) en envoyant un missile des 30 mètres.

La défense à outrance
Se sentant en danger, « El-Khadra » a tenté de réagir contre les protégés de Aliou Cissé qui a fait deux changement (Diatta pour Ndiaye à la 59e et Saïvet pour Diagne à la 75e) au moment où le coach Dz a préféré gardé son onze initial jusqu’à la 84e minute quand Belaïli, qui est passé à deux doigts du break (74’), a été rappelé sur le banc pour Brahimi qui a rejoué après 5 matchs. Aussi, Tahrat, incorporé pour la première fois dans la CAN, a suppléé Feghouli (85’) pour fermer la boutique.
Les derniers instants de cette confrontation étaient insoutenables et interminables. La couronne était là à attendre ses nouveaux rois. La défense à outrance pour la meilleure attaque de cette 32e édition (13 réalisations) et la co-meilleure défense (2 buts concédés). Pour la meilleure équipe tout simplement qui aura remporté tous ses tests. Avec brio. Quelle histoire et quel exploit!

L’EN rallie Alger aujourd’hui (10h) et paradera avec le trophée dans l’après-midi
C’est ce matin (10h00) que l’équipe nationale rejoindra Alger en partance du Caire à bord d’un vol spécial. Après avoir passé un mois en Egypte, où ils étaient arrivés le 18 juin, les Verts vont enfin avoir des vacances bien mérités. Ils auront disputé l’ensemble des sept matchs prévus dans la Coupe d’Afrique des nations 2019. Au bout, ils ont décroché le fameux trophée que l’Algérie n’a plus gagné depuis 1990 à domicile. La parade à bord d’un bus à l’impérial est prévue cet après-midi. Par la suite, les Fennecs rejoindront leurs clubs respectifs.M.T.

Bennacer joueur du tournoi, M’Bolhi homme du match
Auteur d’un tournoi époustouflant, élu à deux reprises homme du match, Ismaël Bennacer a été distingué meilleur joueur de la Coupe d’Afrique des nations 2019 en Egypte. Pour sa part, son coéquipier Raïs M’Bolhi a été choisi « man of the match » de la finale contre le Sénégal.