L’importance de l’enseignement des arts plastiques a été mise en relief dans la wilaya de Batna à l’occasion de l’exposition, marquant une année de formation à l’atelier de dessin de la Maison de la culture, qui s’est déroulée du 5 au 11 juillet, avec une centaine d’œuvres de haute qualité technique. A travers cette exposition, près d’une quinzaine d’adhérents, des amateurs passionné âgés entre 15 et 34 ans, ont convié les visiteurs à apprécier une large palette de portraits et de paysages magnifiquement réalisés avec différentes techniques telles que la peinture à l’huile, à l’aquarelle ou au fusain. C’est sur l’initiative de Rima Mennoubi et son père, le grand artiste Cherif Mennoubi, que l’atelier des arts plastiques de la Maison de culture de Batna a été lancé avec comme principal objectif la promotion de la peinture auprès des jeunes. Cet espace a ainsi été créé pour donner des cours de dessin et de peinture, adaptés à tous les âges, à partir de six ans. Rima Mennoubi nous confie à ce propos que «cet atelier d’art plastique est né du désir de transmettre les techniques et les compétences de base et les plus avancées pour la pratique du dessin.» Il est à noter que Rima Mennoubi, est sortie major de promotion, en 2009, spécialité communication visuelle, de l’Ecole des beaux-arts de Batna, conseillère et animatrice culturelle à la Maison de la culture de Batna depuis 2010. Elle œuvre continuellement à sensibiliser les néophytes à l’initiation aux premiers rudiments de la peinture et aux initiés de parfaire leurs techniques. Grâce au soutien de son père, un des artistes les plus réputés en Algérie, elle a réussi à force de persévérance à surmonter toutes les difficultés, en relevant le défi de former toute une génération d’artistes. La preuve du fruit de son labeur est cette exposition qui démontre qu’avec un bon accompagnement, même les amateurs peuvent produire des œuvres picturales captivantes pour peu qu’ils maîtrisent les rudiments techniques en mettant du cœur à l’ouvrage.

Appel pour la promotion de l’éducation artistique
Cette exposition a également été l’occasion, pour les participants, de soulever la problématique de l’enseignement des arts plastiques dans les différents paliers des cycles scolaires. Le constat est que le dessin, qui était, autrefois une matière importante et la plus appréciée du programme scolaire, est aujourd’hui presque entièrement supprimée de nos écoles. « Pire encore, les responsables et les autorités n’accordent guère d’attention au dessin et à l’art plastique, en général», s’insurge l’un de nos interlocuteurs, affirmant qu’«aucun soutien et aucune aide ne sont attribués pour promouvoir ou encourager cet art».  Pour la formatrice de ce vivier d’artistes prometteurs, aux grands potentiels, il est très important de développer la fibre artistique chez les enfants dès leur plus jeune âge. Rima Mennoubi affirme ainsi que «le dessin permet de développer le sens artistique de l’enfant et d’affirmer sa personnalité. Il lui permet également de se concentrer et de se calmer. C’est une passion donc très importante qui permet le développement de l’enfant car il utilise les habilités motrices, de perception et tactiles. Ses dessins, peuvent aussi devenir un moyen d’exprimer ses émotions et ses sentiments». Notre interlocutrice regrette toutefois le manque d’intérêt et de soutien des responsables du secteur pour la promotion de l’éducation artistique chez les plus jeunes. Elle déclare à ce sujet : «C’est dommage que nos responsables n’attribuent aucune attention au dessin. Le dessin qui était une matière essentielle pour l’apprentissage de la concentration, de la précision et de la sérénité.» Elle déplore ainsi qu’«aujourd’hui, peu d’enfants peuvent prendre un crayon et dessiner. Ils optent pour les jeux bruyants et violents, ce qui peut expliquer le manque de concentration chez les enfants d’aujourd’hui et la violence qui règne dans la rue et les institutions scolaires». Dans ce contexte, la responsable de cet atelier nous explique : «J’ai organisé cette exposition pour montrer au monde le résultat d’une année de formation. Je suis très fière de mes élèves qui ont fait preuve de dévouement et de détermination.» En effet, les œuvres présentées reflètent la maîtrise des perspectives par les élèves, ainsi que des reproductions impeccables de portraits et de paysages magnifiques. Parmi les œuvres les plus remarquées, celle de Sihem Benbrahim, Master 2 en langue anglaise et enseignante. Après une année de cours seulement dans l’atelier, cette amatrice a présenté des œuvres impressionnantes. Très émue, elle nous confie à propos de sa participation que «c’était une expérience exaltante et magnifique. Je suis pleine de gratitude d’avoir rejoint cet atelier ». La talentueuse artiste souligne également avec enthousiasme que «j’ai appris des choses que je n’aurai jamais pensé pouvoir faire comme la peinture à l’huile et le mélange de couleurs. Ceci grâce à notre grand artiste Mennoubi, je lui serais éternellement reconnaissante».