Pour cette année, les hadjis ne devraient pas avoir de problème. C’est en substance ce qui ressort des déclarations de Abdessamie Saâdoune, le wali de Constantine, à l’occasion du départ du premier vol des pèlerins vers les Lieux saints de l’Islam, pour accomplir le cinquième rite religieux « pour celui qui en a la possibilité ».

L’Etat, cette année, a pratiquement pris en compte et en charge presque tous les hadjis, mettant entre parenthèse plusieurs agences de voyages qui n’avaient pas honoré leurs engagements lors des saisons de pèlerinage précédentes. Des dépassements, des laisser-aller, et surtout des abandons de personnes âgées ont fait que le public reprenne en charge une majorité de pèlerins, le privé ayant prouvé ses limites, hormis quelques agences constantinoises bien connues sur la place rompues aux pratiques et us de la circonstance. Pour le transport, c’est bien sûr Air Algérie et Saudi Airlines qui vont se charger des pèlerins, aussi bien sur Djeddah que sur Médine. Pour cela, 21 vols vers les Lieux Saints de l’Islam ont été aménagés, à partir de l’aéroport Mohamed-Boudiaf de Constantine. Le premier avion a pris son envol à partir de l’antique Cirta, le jeudi 18 juillet, avec à son bord 295 candidats au pèlerinage. Un œil au programme tracé nous renseignera qu’il y aura un total de 21 vols, comme mentionné plus haut, qui se s’étaleront du 18 juillet au 2 août. L’entame de l’opération a été assurée grâce à un Airbus d’une capacité de 300 places, qui transportera, pour l’occasion, 295 pèlerins. A partir de l’aéroport de Constantine, il y aura un total de 19 vols, aussi bien pour les riverains que pour les hadjis venant d’autres wilayas comme Oum El Bouaghi, Mila, etc. Pour la répartition des quotas, il faut savoir que 8 vols seront consentis par la compagnie nationale Air Algérie, tandis que 11 autres, la part de lion, seront assurés par la compagnie saoudienne, Saudi Airlines. 6 390 sièges ont été réservés pour l’opération, avec un nombre sensiblement égal de pèlerins. Pour Samir Bendjazia, le responsable de la compagnie aérienne saoudienne à Constantine, « il s’agit de relever un nouveau challenge. Nous devons prendre en charge des milliers de personnes, âgées pour la plupart, les satisfaire et rendre leur déplacement vers les Lieux Saints de l’Islam et retour dans des conditions idoines. Ce sera difficile, certes, mais aucunement impossible, Saudi Airlines ayant, et à chaque saison, attribué tous les moyens nécessaires à ses employés ». La direction des Affaires religieuses et des Waqfs de la wilaya a retenu une équipe opérationnelle qui sera à pied d’œuvre à l’aéroport Mohamed-Boudiaf, tous les jours concernés par les vols, pour la prise en charge de ces futurs hadjis, que ce soit du point de vue sanitaire ou administratif. L’équipe, déjà en branle, a déjà eu fort à faire en ce premier jour des départs au hadj. Les hadjis seront pris en charge 5 heures avant le départ, contrôle sanitaire et de documents, au Zénith de Constantine, à un jet de pierre de l’aéroport qui, à défaut de servir de réceptacle culturel aura au moins le mérite de servir à quelque chose. n