Naïma Beldjoudi, éditrice et directrice des éditions El Kalima, et Guy Dugas, universitaire et directeur littéraire des éditions El Kalima, ont annoncé, avant-hier dans un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux, la création de l’association Aspame (Association Patrimoine méditerranéen» (Jo 6 juillet 2019, 250 rue Paul Valéry – 34400 Lunel). Selon ses statuts, cette association, «se fixe comme objet la sauvegarde et la conservation des fonds littéraires et journalistiques dans l’espace méditerranéen, la valorisation de ce patrimoine ainsi que l’aide à la diffusion et à la circulation du livre dans cet espace», indiquent les fondateurs de cette association dans leur texte. Ils précisent également, dans le même texte, qu’«adossée au «Fonds patrimoine méditerranéen» l’Université Paul Valéry-Montpellier
3 (qui s’enrichira à la rentrée 2019 de deux legs d’un grand intérêt relatifs à Claude-Maurice Robert et Jean Sénac), l’Aspame va nous permettre de travailler plus largement et institutionnellement à la promotion des littératures du Maghreb, dans leur sens le plus large». En outre, à travers la diffusion de ce texte, les fondateurs de l’Aspame aspirent à «susciter des adhésions absolument nécessaires à notre action de publications et de sauvegarde de manuscrits littéraires», soulignent-ils. L’adhésion à l’association («fixée à 40€ ou 2000 DA pour 2019») permet, mentionne-t-on, «une substantielle économie sur la production annuelle des 4 PIM annuels : envoi PIM 5 et 6 dès réception du chèque ; PIM 7 & 8 fin du second semestre –ainsi que sur certains ouvrages de nos autres collections : Tahar Djaout, Hamid Nacer Khodja, Maurice Mauviel, Charles Bonn, Denise Brahimi, Rabah Belamri, etc.». Pour plus d’informations, contacter : ass.pa.med@gmail.com. Par ailleurs, les éditions
El Kalima viennent de publier dans la collection «PIM» (Petits Inédits Maghrébins), deux nouveaux ouvrages. Il s’agit de «Sans souliers ni chemise. Lettres de prison des révoltés de Margueritte (1901)» (présenté par Christian Phéline) et «Rhadidja, suivi de Sur une belle lépreuse» d’Henry de Montherlant (présentation de Guy Dugas). Nous y reviendrons.