La violence commise contre les enfants est toujours de mise malgré les campagnes de sensibilisation menées par les différents acteurs de la société et les autorités publiques. En termes de chiffres, 75 affaires liées à la violence et à la maltraitance des enfants, recensées durant le premier semestre de l’année en cours au niveau de la wilaya de Tizi Ouzou, concernent 61 garçons et 14 filles, a affirmé la chargée de communication au niveau de la Sûreté de wilaya, le commissaire principal, Djamila Temmar, en marge de la célébration de la Journée nationale des enfants qui coïncide avec le 15 juillet de chaque année.

Ajouter à cela, 20 enfants, qui sont en danger moral et physique durant la période considérée, ont été enregistrés par la brigade des mineurs durant la période considérée. Quant au nombre de fugues, les mêmes services ont déploré un seul cas, alors que le nombre de tentatives s’élève à 57 garçons et 11 filles qui ont tenté de s’enfuir du domicile familial. Pour cela, les parents des enfants ont été convoqués par les services de la police pour les sensibiliser sur l’impact de ce fléau et d’éviter la maltraitance de leurs chérubins en milieu familial et d’opter pour la communication au sein de leurs familles. S’agissant du nombre de placements effectués, la commissaire principale, Djamila Temmar, a fait savoir que deux enfants ont été placés au niveau des pouponnières existantes au niveau local. Au volet de l’implication des enfants dans des affaires liées aux délits et infractions, la même interlocutrice a indiqué que la tranche d’âge des enfants impliqués dans ce phénomène varie entre 10 et 18 ans. Pour la même occasion relative à la célébration de la Journée nationale des enfants, la direction de l’Action sociale et de la solidarité (Dass) était au rendez-vous pour marquer l’évènement visant à la protection des droits de cette frange vulnérable de la société. D’ailleurs, cette année, l’objectif de cette célébration est de vulgariser la loi n°15-12 du 15 juillet 2015 visant la protection de ces enfants, mais aussi pour mettre en lumière le dispositif de la prise en charge non seulement des enfants en difficulté placés à l’intérieur des établissements assistés, mais aussi les enfants qui se trouvent en milieu familial. «Nous avons décidé de célébrer cette journée pour mettre en relief la prise en charge de ces enfants et de la protection de leurs droits», dira Fazia Laâzib, responsable au niveau de la Dass de la wilaya de Tizi Ouzou.
A préciser qu’un riche programme a été concocté par ladite direction au profit des enfants assistés et ceux aux besoins spécifiques placés au niveau des établissements de la cité sociale de Boukhalfa. Un travail de solidarité et d’entraide qui a été organisé en étroite collaboration avec la Chambre de l’artisanat et des métiers (CAM), les services sécuritaires, la direction de la culture, celle de l’éducation et le mouvement associatif. Au programme, une sortie pédagogique en faveur des enfants placés au niveau du Centre spécialisé de rééducation, des ateliers de dessins et des activités culturelles au niveau de foyer pour enfants assistés de Boukhalfa. La clôture de cette journée a été marquée par une cérémonie de remise de cadeaux pour les élèves lauréats aux examens de fin d’année pour les encourager de poursuivre leur cursus scolaire.