Répondant à l’appel de la section locale du Snapap, les travailleurs de l’APC de Draâ Ben Khedda se sont mis en grève illimitée depuis, dimanche. Ce débrayage qui est motivé par des revendications salariales, a entraîné la paralysie de l’activité de l’ensemble des services. Hier, et au deuxième jour de cette action de protestation, le siège de la mairie était fermé aux citoyens. Seuls quelques travailleurs étaient à l’intérieur, observant certainement le piquet de grève. Sur place, un représentant des travailleurs nous indique que la grève est suivie par tous les fonctionnaires qui dénoncent le retard dans le versement du salaire du mois de juin et craignent même que la paie du mois en cours subisse le même sort. Au Snapap, on déplore que les travailleurs soient les victimes collatérales de la situation de blocage que vit l’Assemblée depuis plusieurs mois avec la mise en minorité du P/APC par ses camarades de son propre bord politique, le FFS, parti majoritaire dont les élus au nombre de huit ont décidé de ne plus travailler avec l’actuel maire. Conséquence de ces dissensions entre les membres de l’exécutif, le budget primitif n’est pas voté à ce jour, posant, du coup, le probléme du versement des salaires. Pour beaucoup, y compris les huit élus du FFS, seul le départ du maire peut débloquer la situation que les travailleurs refusent de subir. Et ils ne sont pas les seuls puisque le blocage de l’APC se répercute sur la gestion de la ville et de son cadre de vie. La plupart des quartiers sont transformés en de véritables décharges publiques en raison de la non collecte des ordures ménagères. Celles-ci attendent d’être ramassées depuis plus d’une semaine, faisant craindre le pire en matière d’hygiène et de santé aux citoyens. <