De Tizi Ouzou, Houssem A. M.
Les déchirements organiques et les guerres de factions que connaît le FFS, et qui se sont traduits par une direction bicéphale, se sont étendus au niveau de la base, touchant même les instances élues du parti au niveau local. Jusque-là circonscrit aux réseaux sociaux, le débat contradictoire qui agite les militants s’exprime au grand jour, impliquant des élus d’une instance emblématique pour le parti, à savoir l’APW de Tizi Ouzou, visiblement déchirée par les mêmes antagonismes. Dans une déclaration signée par un groupe d’élus de ce parti dans cette institution, et dont nous détenons une copie, les signataires, au nombre de six, entrent carrément en dissidence contre le P/APW et son groupe. « Nous décidons de ne plus accréditer ou valider les orientations machiavéliques et tendancieuses du groupe d’élus, à leur tête le P/APW, Youcef Aouchiche, érigés en secte afin d’exécuter des stratégies étrangères et contraires aux nobles missions de gestion des affaires de notre wilaya», écrivent M. Msela, Nabila Smaïl et leurs camarades. Ils accusent le P/APW et son groupe « de mener un travail de sape qui se traduit par des réunions clandestines dans l’enceinte même de l’Assemblée afin de neutraliser le FFS et ses instances légitimes». D’autres accusations sont proférées à l’encontre du P/APW et de son groupe, auxquels il est reproché d’user de la politique «de la carotte et du bâton dans un but clientéliste et intéressé afin de déstabiliser le parti ». «Les agissements du P/APW et de son groupe sont à l’origine du blocage des activités de l’Assemblée de wilaya », écrivent les signataires de la déclaration qui se déclarent favorables «à la direction légitime du FFS représentée par l’instance présidentielle et le secrétaire national Hakim Belahcel».<