Le ministre des Ressources en eau, Hammam Ali, a été accueilli jeudi par une délégation de la wilaya à sa tête le wali Ben Arrar Hachrouf. Dès son arrivée, le ministre a présidé une importante réunion au niveau du siège de la wilaya d’El Tarf.

Au cours de cette réunion, la première d’un ministre du gouvernement Bedoui, il a exhorté les responsables de son secteur à déployer des efforts afin de venir à bout des nombreux problèmes que rencontrent les citoyens pour s’alimenter en eau potable. Il a sommé ceux qui ont pris en charge les projets de renforcer leurs chantiers en moyens matériels afin de pouvoir achever dans les temps impartis des travaux ayant pour objectif de réhabiliter les stations de traitement de Chbaita dans la daïra de Drean, de Mexa dans la daïra d’El Tarf. Les travaux, selon les explications données, accusent des retards importants. Ces deux stations viendront suppléer les wilayas El Tarf et Annaba. Lui répliquant, les responsables du secteur l’ont assuré que les travaux seront achevés avant la célébration de l’Aïd El Adha prévue au début du mois d’août prochain. Ces stations, une fois achevées, auront une capacité de fournir aux populations entre 150 000 m3 à 165 000 m3. En outre, ils ont expliqué que
120 000 m3/jour seront consacrés aux localités d’Annaba. Notons au passage que selon les indications fournies par la direction des ressources en eau de la wilaya d’El Tarf, les travaux ont atteint un taux d’avancement de 10%, alors que ceux de la station de pompage de Mexa avoisinent 90%, pour une enveloppe globale de 400 millions de dinars. Le ministre accompagné d’une forte délégation s’est attardé sur le réseau de canalisation qui alimente les populations de la daïra d’El Kala ainsi que la commune d’Aïn El Assel dans la daïra d’El Tarf. Le ministre a assisté à une exposition portant sur la technique de réhabilitation des forages qui viendront au secours des habitants et surtout des agriculteurs. Au cours de cette visite d’une journée, le ministre s’est enquis de la situation de la conduite de Mexa-El Kala sur une distance de dix kilomètres et une autre Bourdim dans la commune de Bouteldja El Tarf sur quatre kilomètres pour une enveloppe globale de 500 millions de dinars. Ali Hamam n’est pas allé avec le dos de la cuillère en affirmant que les projets du secteur, confiés à des entrepreneurs défaillants, seront purement et simplement résiliés pour être remis à des promoteurs performants ayant le matériel nécessaire pour les concrétiser dans les délais impartis afin de répondre aux besoins en alimentation d’eau potable des populations des wilayas de Annaba et d’El Tarf. Le ministre s’est même étonné d’entendre que plusieurs localités sont menacées par la soif bien que la wilaya soit bien arrosée et qu’elle dispose de trois barrages opérationnels. n