Deux jeunes animateurs du Hirak viennent d’être placés sous mandat de dépôt par le magistrat instructeur près le tribunal de Tlemcen. Il s’agit de Abdelmadjid Benhabib, professeur au département de psychologie auprès de l’université Aboubekr-Belkaïd de Tlemcen, et son collègue Issam Sayah, ingénieur d’Etat en informatique, employé dans une faculté de l’UABT.

Le Hirak se voit ainsi décapité de deux de ses têtes pensantes. Les deux animateurs, qui auraient posté des statuts virulents sur leur compte Facebook, sont poursuivis pour «atteinte à corps constitué et tentative d’affaiblir le moral de l’Armée». Avant leur présentation par devant le Procureur de la République, les deux mis en cause ont été auditionnés sur P-V par la cellule chargée de la cybercriminalité relevant du service de la police judiciaire auprès de la Sûreté de wilaya. Après avoir diffusé un communiqué à l’intention du Parquet général au sujet de cette incarcération, jugée abusive, des membres du bureau local de la LADDH devaient tenir ce jeudi 10 juillet dans la matinée un sit-in devant le Tribunal de première instance de Tlemcen à la rue Tidjani-Damerdji, en soutien aux deux détenus d’«opinion», parallèlement au rassemblement des robes noires affiliées à l’Union nationale des barreaux d’Algérie, prévu le jour même sur le parvis de la Cour de justice de Tlemcen, située à Imama (Mansourah). Il s’agit d’une action de protestation visant, selon l’UNBA, à « accompagner et appuyer le mouvement populaire dans sa lutte pour le changement radical du système » et à « défendre les manifestants arbitrairement arrêtés ». A noter que les citoyens poursuivis par la justice à cause du Hirak jouissent d’une assistance judiciaire représentée par deux avocats bénévoles relevant du barreau de Tlemcen.
Rappelons dans ce contexte que, suite à une plainte pour diffamation déposée par deux sénateurs, un groupe de blogueurs ont été dernièrement convoqués par la police judiciaire (cellule chargée de la cybercriminalité) auprès de la Sûreté de wilaya. Dans ce sillage, un étudiant a été interpellé pour une vidéo controversée (clip tourné au niveau du campus) dans laquelle il apparaît en tenue de gendarme. Par ailleurs, signalons que le jeune animateur du Hirak Hocine Baba a été agressé par une bande de baltaguia à la fin de la marche du vendredi acte 19.
Dans un post sur Facebook, la victime, qui a décidé de ne plus «vendredire», interpelle la police à assumer sa mission de protection des biens et des personnes et assurer leur sécurité en toutes circonstance et quelle que soit la qualité ou l’obédience du citoyen. n