Le feuilleton des scandales qui éclaboussent l’APC de Tlemcen n’est pas près de connaître son épilogue. Il s’agit cette fois d’un centre commercial, situé à Sidi El Halloui Djedid, au niveau du faubourg populaire de Sidi Saïd, dans la banlieue nord de Tlemcen, qui a été cédé à titre gracieux par les services communaux à un promoteur privé qui l’a converti en salle de sports, alors qu’il était prévu de transformer le marché de fruits et légumes abandonné en polyclinique. Une enquête a été ouverte dans le cadre de cette affaire par le Parquet de Tlemcen. Et pour cause. Lors de la délibération, il y a eu complicité et fausse déclaration de ce lieu, présenté comme lot de terrain et non comme centre commercial, selon le Procureur de la République près le Tribunal de Tlemcen. Ce centre commercial, qui s’étend sur une superficie de 1 000 mètres carrés, aménagé pour un coût de 40 millions DA, renferme 42 locaux destinés initialement aux jeunes du quartier au titre du programme dit «100 locaux du Président». Mais l’opération n’a jamais été concrétisée et le centre en question était à l’abandon avec les dégâts collatéraux que l’on peut imaginer, en l’occurrence la disparition des portes et des fenêtres des locaux. A noter que lors de sa visite de travail et d’inspection dans ce quartier, effectuée le 20 janvier 2017, le wali de Tlemcen avait instruit les responsables de reconvertir cet espace appartenant au domaine en polyclinique de proximité, sachant que les habitants du populeux quartier de Sidi Saïd sont obligés de se déplacer de jour et de nuit jusqu’à l’hôpital de Bab El Khemis pour effectuer consultation ou des soins médicaux. Cette structure, qui a déjà fait l’objet d’une étude dans ce même cadre, améliorera la prise en charge de la santé de la population au niveau de ce quartier qui ne dispose jusqu’à présent que d’une salle de soins s’avérant trop exiguë pour répondre aux besoins recensés sur place en dépit de travaux de réhabilitation. La nouvelle infrastructure devait être opérationnelle en 2018.
La direction de la santé avait prévu de la doter d’un service d’urgence, d’une unité de radiologie et de médecine dentaire, de consultations médicales spécialisées ainsi que des activités sanitaires préventives. E. H.T.