La distribution du quota de logements sociaux locatifs (LSL), lundi dernier, dans la commune de Sidi Lahcen, relevant de la wilaya de Sidi Bel Abbès, a suscité la colère des non-bénéficiaires qui, dès le lendemain ont fermé le siège de l’APC, réclamant la présence du wali de Sidi Bel Abbès, alors qu’un groupe de jeunes sont montés sur la terrasse de l’APC et menacent d’un suicide collectif. Les mécontents n’ont pas accepté de ne pas figurer pas parmi les listes des bénéficiaires, prétendant qu’ils avaient déposé leurs dossiers depuis plusieurs années et remplissent toutes les conditions de leur permettre de profiter d’un logement social et pour d’autres leur situation précaire exige leur relogement en priorité. Selon leurs propos, des gens ont été favorisés et en ont bénéficié de façon illégitime au détriment des vrais nécessiteux. Aucun élu ni fonctionnaire n’a été autorisé par les protestataires d’accéder à l’APC, fermée depuis mardi, et ses services sont restés paralysés. Ce qui a contraint aussi ses usagers de rebrousser chemin. Les protestataires sont décidés à renoncer à leur mouvement que lorsque la liste des bénéficiaires sera gelée et que justice soit faite. Un dispositif sécuritaire et des agents de la Protection civile sont déployés sur place pour parer à l’irréparable et désengorger la circulation dans le centre-ville de la commune. On apprend du chargé de la communication de la Protection civile, qu’un protestataire parmi les jeunes menaçant du suicide collectif, avait chuté de la toiture de la terrasse vétuste du siège de l’APC et légèrement blessé. n