C’est ce qu’a déclaré, mardi dernier, Kamel Beldjoud, ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, lors de sa visite dans la wilaya de Ghardaïa, suivie de celle de la wilaya déléguée d’El Menéa, à 270 km au sud du chef-lieu de wilaya, Ghardaïa. Entamant sa tournée, dès 6H30, nouveaux horaires applicables pour les wilayas du Sud en cette longue saison des chaleurs, par une inspection du site de réalisation d’un ensemble de 200 logements à Oued Nechou, à 10 km au nord de Ghardaïa, le ministre s’est félicité « du respect des normes architecturales propres à la région » et a réitéré l’engagement des pouvoirs publics à assurer aux bénéficiaires de ces ensembles « la réalisation de toutes les servitudes, eau, gaz, électricité, routes goudronnées, éclairage public, etc. ». Après un petit crochet par la nouvelle piscine semi-olympique, un véritable bijou qui vient juste d’ouvrir ses portes au public, Kamel Beldjoud, accompagné de Azzedine Mechri, le wali de Ghardaïa, s’est rendu dans la zone des sciences à la sortie sud de Ghardaïa, où il a, successivement, visité le site d’implantation d’un lot de 240 logements entrant dans le cadre AADL, puis au niveau du 3e pôle universitaire, l’institut des activités sportives de 1 000 places et notamment sa piscine semi-olympique couverte et un terrain de football en tartan de 5e génération et d’un terrain aux dimensions olympiques, répondant aux normes FIFA, avant de prendre la route vers la wilaya déléguée d’El Menéa, à 270 km plus au sud. C’est sous un soleil de plomb et par une température dépassant allégrement les 45° Celsius, que la délégation ministérielle est arrivée dans la commune de Hassi El Gara, précisément sur le nouveau pôle d’habitation urbaine, dit projet de nouvelle ville d’El Menéa, s’étendant, selon la fiche technique, sur une superficie de plus de 600 ha, créée par décret en novembre 2007. Un projet qui a fait couler beaucoup d’encre et suscité plusieurs manifestations de la population locale après qu’il ait été abandonné, en 2008, par l’ancienne équipe gouvernementale d’Ahmed Ouyahia. Arrivé sur place sous très bonne escorte, où il était attendu par des centaines d’habitants de la région, notamment les élus, les notables et les membres des associations locales, très actives dans la région et qui depuis des mois ne cessaient de réclamer par tous les moyens pacifiques et à tous les niveaux, la relance de ce projet de nouvelle ville d’El-Ménea, le ministre de l’Habitat a vite fait de baisser la tension qui était vive et palpable en annonçant : « Je suis venu ici aujourd’hui pour vous informer que le Premier ministre, Noureddine Bédoui, a donné instruction à ce que le projet de ville nouvelle d’El Ménéa soit réactivé et mené à son terme. Par conséquent, je déclare l’annulation du précédent gouvernement levée et qu’à partir d’aujourd’hui toutes les mesures seront prises pour faire faire aboutir ce projet de plus de 6 000 logements que toute la population locale attend ». Ajoutant : « Aussi, je vous informe qu’un nouveau quota de 750 logements a été accordé en sus des 1 475 logements déjà en cours de réalisation. » Et ce n’est que justice pour une région et une population longtemps ignorées, pour ne pas dire autre chose, par les décideurs.O. Y.