Après une stérilité primaire de dix ans, une jeune femme de 34 ans avait fini par opter pour l’insémination médicalement assistée (PMA) dans la clinique Akhrouf, la seule au niveau de la wilaya qui pratique la technique et une première dans les annales de l’insémination artificielle au niveau local. Une technique qu’elle avait subie, nous dit-on, avec succès sous la bienveillance d’un staff de 6 gynécologues obstétriciens, pour donner naissance à un garçon de 3,5 kg par césarienne. « Une première au niveau de la wilaya de Bordj et un atout pour les femmes des environs et même d’ailleurs, même de l’ouest du pays, qui verront désormais leurs trajets et dépenses relativement réduits puisque la prise en charge est totale au niveau de l’établissement, de l’entrée à la sortie de la malade, y compris les bilans qui se font sur place. La galère de la parturiente est donc ramenée presqu’à néant», indique le Dr Bouaaziz, gynécologue. «La technique nous l’avons acquise grâce à une équipe médicale de gynécologues obstétriciens de Lyon qui nous a accompagnés pendant six mois. Et depuis février dernier, dès que nous avons fait preuve de maîtrise des protocoles, des ponctions et des transferts, nous menons les interventions tous seuls et dans les normes, au même titre que dans les meilleures cliniques de Barcelone ou d’ailleurs, et de surcroît, avec une équipe médicale à 100% bordjienne », indique fièrement le Dr Noureddine Merah, gynécologue obstétricien. La MPA ou la conception in vitro, est une technique d’insémination artificielle sur un sujet en mal de procréation, qui s’étale sur plusieurs étapes. D’abord, la phase de vitrification des embryons pendant trois mois, suivie d’une dévitrification avant de procéder au transfert, explique Dr B.Aktouf directeur de la clinique.