Le Front des forces socialistes (FFS) a fait état, vendredi, d’oppositions étrangères qui seraient hostiles à tout scénario de changement de régime en Algérie dans le sillage du mouvement populaire en cours et qui a connu son 21e vendredi de manifestation de rue.

En effet, la résolution, qui a sanctionné les travaux du Conseil national du parti, évoque « un environnement régional préoccupant sur le plan sécuritaire avec des ingérences étrangères à peine déguisées pour s’opposer à tout changement dans notre pays qui menacerait leurs intérêts économiques et stratégiques ».

Le FFS ajoute que « sur le plan international, certains régimes dictatoriaux ne veulent pas l’aboutissement du mouvement révolutionnaire par crainte de contagion et de déstabilisation de leurs régimes ».

Sur le plan interne, le plus vieux parti de l’opposition ne se fait pas de doute que « cette révolution pacifique fait face à un régime qui veut se maintenir contre la volonté populaire, en rejetant toute véritable transition démocratique et en s’obstinant à organiser un scrutin présidentiel ».

Se référant à l’initiative des forces de l’alternative démocratique, qui a permis, au terme d’une rencontre  de concertation et de dialogue, de conclure un pacte politique pour une véritable transition démocratique, le FFS se fixe un plan à trois actions. Il s’agit, selon la résolution du parti, d’« encourager le dialogue pour engager une période de transition démocratique », « de susciter des adhésions au pacte de l’alternative démocratique en vue de son élargissement » et « de s’atteler  inlassablement à l’organisation d’une conférence nationale souveraine ».   

Revenant sur la question de la liberté d’opinion, le FFS estime que « l’urgence aujourd’hui est la libération immédiate et sans conditions de tous les détenus politiques et d’opinions, notamment le commandant Si Lakhdar Bouregaa ».

Sur le plan organique, le FFS a indiqué qu’après amendement de l’article 41 du règlement intérieur,  le Conseil national a fixé la date du 6e Congrès national du parti aux 27, 28  et 29 septembre 2019, coïncidant avec la célébration de la création du parti. Le parti annonce que le congrès sera  couronné par « une initiative d’envergure pour la commémoration du 56e anniversaire de sa création.