Une mésaventure qui aurait pu prendre une autre tournure et dont se souviendra longtemps l’auteur du dossier des magistrats faussaires. C’est hier, jeudi, à l’heure du match Algérie – Côte d’Ivoire, alors qu’il sort pour quelques emplettes à un jet de pierre de chez lui, à Blida, que Benyoucef Melouk est hélé par trois personnes à bord d’un véhicule de marque Volkswagen, de couleur bleue.

Ils lui reprochent ses derniers propos et ses positions à l’égard de certains partis de la mouvance islamique ayant siégé à la conférence nationale de dialogue. S’ensuit une algarade et l’un d’eux l’agrippe par les poignets. Benyoucef Mellouk en porte encore les stigmates : quelques bleus et des égratignures.

Lire également l’article de « Reporters » en cliquant ICI

Selon lui, ce ne sont pas des gens de Blida, mais « des personnes qui m’ont été spécialement envoyés pour m’intimider, sauf que je ne suis pas quelqu’un qui baisse les bras ou qui cède à la menace » dira-t-il.

Benyoucef Melouk a déposé plainte auprès des services de police. Affaire à suivre.