Des enquêtes épidémiologiques sont en cours pour identifier les causes de cette maladie infectieuse aiguë dont la transmission se fait le plus souvent par voie « oro-fécale ». L’alerte a été donnée par des médecins privés et des praticiens publics.

La localité de Sebra, située à environ 20 Km à l’ouest de Tlemcen, est frappée par une épidémie d’hépatite A. A ce titre, 35 cas ont été enregistrés depuis le début du mois de juillet en cours, selon la DSP. On ignore pour l’instant la source de contamination virale. Aucun communiqué n’a été diffusé à ce sujet par l’ADE, ni la direction des ressources en eau ou le BHC de l’APC de cette commune. Même si, se basant de récentes analyses chimiques effectuées sur l’eau consommée par la population locale révèlent une AEP normale, si l’en croit l’ex-EPEOR. Des enquêtes épidémiologiques sont en cours pour identifier les causes de cette maladie infectieuse aiguë dont la transmission se fait le plus souvent par voie « oro-fécale ». A noter que l’alerte a été donnée par des médecins privés et des praticiens publics. Il faut souligner dans ce sillage qu’en mai dernier, l’eau de plusieurs sources situées au niveau de la commune de Chetouane était déclarée « non potable », à travers un avis diffusé par l’APC et répercuté par les mosquées. Au mois d’avril, plusieurs cas de « jaunisse » avaient été enregistrés au niveau de certaines écoles primaires du village de Aïn El Houtz, dépendant administrativement de la commune de Chetouane. Notons que 26 cas d’hépatite virale (MTH) ont été enregistrés au cours du 1er semestre 2018 au niveau de 8 communes de la wilaya, selon un rapport de la DSP. Rappelons dans ce contexte qu’une journée d’information et de sensibilisation sur les MTH s’était tenue le 23 juin dernier au siège de l’APW ; de janvier à mai 2019, 65 cas d’hépatite A, selon le Dr Houria Lallout, chef de service épidémiologie et prévention auprès de la DSP.