Après avoir fait maints rappels, lancé des campagnes de sensibilisation et tenté de trouver des solutions à l’amiable pour le recouvrement des créances, la direction de distribution de l’électricité et du gaz de la wilaya de Tipasa (Sonelgaz) a décidé de passer
à l’acte en procédant à des coupures d’électricité dans les communes pour inciter les mauvais payeurs à s’acquitter de leurs créances.

Celles-ci sont très nombreuses puisque selon les derniers chiffres de la SDA 1 882 milliard de dinars de factures sont impayées, et ce, malgré leurs efforts pour sensibiliser les mauvais payeurs et après épuisement des avertissements et autres mises en garde.
Malgré les nombreuses démarches et rappels pour trouver des solutions à l’amiable auprès des 35.660 abonnés, dont 184.000 bénéficiaires des prestations du réseau électrique de basse tension, les créances restent élevées puisqu’elles sont estimées à 921 millions de dinars. Le reste de la facture est reparti entre les administrations publiques, les collectivités locales avec une créance de 840 millions de dinars, détenue particulièrement par les communes de Tipasa, Hadjout, Douaouda, Khemisti et Bou Ismaïl, dont le recouvrement pose problème même si certains ont fait des gestes de bonne volonté. L’autre mauvais payeur dans la wilaya de Tipasa, avec un montant d’impayés de 121 millions de dinars, sont les 923 entreprises locales publiques et privées recensées dans la wilaya.
L’absence de recouvrement de ce volume de créances porte préjudice à la gestion et affecte, aussi bien, son fonctionnement que l’aboutissement des projets de développement des réseaux électriques et gaziers nécessaires à la continuité et la qualité de service public pour améliorer la vie des citoyens, n’ont cessé de clamer les responsables.
Pour sensibiliser et éviter d’arriver à des solutions extrêmes, ces derniers n’ont pas manqué de mettre sur pied des brigades de l’énergie pour faire du porte-à-porte. Celles-ci, constituées d’agents assermentés des différents services (électricité, gaz et commercial), sont chargées d’effectuer des visites chez les abonnés pour les sensibiliser, les conseiller et les orienter sur les différents gestes à adopter pour la maîtrise de leur consommation énergétique et sa rationalisation dans l’intérêt de tous.
Avant de passer à l’acte, la direction de distribution de l’électricité et du gaz de la wilaya de Tipasa avait lancé en 2018 une vaste opération pour le recouvrement des créances dues auprès de ses abonnés estimées à près de 1700 millions de dinars qui ont, depuis, augmenté, avant de procéder à des coupures d’énergie, comme dernier recours.
Des campagnes de sensibilisation sans écho
Ces créances se répartissaient entre 891 millions de dinars détenus par la clientèle privée, soit un taux de 53%, contre un taux de 47% des créances dues par les administrations, les entreprises publiques et les opérateurs économiques, équivalant à 803 millions de dinars, selon les responsables de Sonelgaz qui avertissent que des coupures de l’énergie électrique et gazière seront réalisées à l’encontre des abonnés (particuliers et publics) qui ne s’acquitteront pas de leurs dus, au titre de cette campagne lancée l’été dernier.
Pour ce faire, la Sonelgaz de Tipasa avait mobilisé l’ensemble de ses agents et cadres, à travers les six agences commerciales de la wilaya, pour mener à bien sa campagne « Tahsil », visant à garantir une bonne qualité du service public et répondre aux besoins des citoyens et autres abonnés dont la consommation a connu un développement exponentiel. Leur campagne de sensibilisation des abonnés a tenté d’expliquer que ce volume de créances porte préjudice aux paramètres de gestion de la direction, tout en affectant son fonctionnement et l’aboutissement des différents projets de développement des réseaux électriques et gaziers nécessaires à la garantie de la continuité et la qualité de service.
Après avoir assuré que la coupure de l’énergie électrique et gazière constituait le dernier recours pour le recouvrement des créances, Sonelgaz a invité sa clientèle à se rapprocher de ces agences commerciales et des bureaux de poste où toutes les facilités leur seront offertes afin de s’acquitter de ses redevances énergétiques sur la base d’un rééchelonnement pour ceux qui le désirent. Dans le même cadre, il a été signalé la mise en place de brigades de l’énergie. Des équipes constituées d’agents assermentés de différents services (électricité, gaz et commercial) chargées d’effectuer des visites chez les abonnés pour les sensibiliser, les conseiller et les orienter sur les différents gestes à adopter pour la maîtrise de leur consommation énergétique et les bienfaits d’être à jour pour le paiement des factures.
Pour renforcer la production en 2018, la direction de distribution de gaz et d’électricité avait lancé un plan d’urgence portant sur la réalisation et l’équipement de 5 centres transformateurs de moyenne et basse tension, parallèlement à la mise en place d’une brigade spécialisée dans l’entretien du réseau électrique.
Toujours en perspective de l’été, connu pour les pics de consommation électrique, un autre transformateur d’une capacité de 80 MGT a été réalisé dans la ville de Hadjout tandis que Damous a bénéficié d’un transformateur mobile d’une capacité de 20 MGT sans oublier la réalisation, au titre du plan d’urgence de l’été 2017, de 13 nouveaux postes transformateurs, dont 7 de basse et moyenne tension et 3 transformateurs aériens.
Parallèlement à ces investissements, des campagnes de sensibilisation sur la rationalisation de la consommation énergétique ont été menées auprès des ménages axées sur la réduction de la facture d’électricité sans porter atteinte au confort ni à la sécurité des équipements tout en participant à la baisse de la charge sur les stations de production et des réseaux de distribution d’électricité par l’adoption de gestes simples et peu coûteux par le consommateur (lavage en machine, cuisine, climatisation, chauffage, repassage, éclairage…) qui peut contribuer à une économie de 25 à 45% de la facture d’énergie électrique, notamment durant les périodes de pics de consommation (entre 18h et 22h).