Les habitants de la commune de Béni Aziz, chef-lieu de daïra située à 70 kilomètres au nord-est de Sétif ont organisé, avant-hier, un mouvement de protestation pour réclamer l’ouverture de l’hôpital de 60 lits. En effet, les habitants qui ont cadenassé les portes de la daïra et exigé la présence de la directrice de la santé et de la population pour donner des explications à l’énorme retard qu’accuse cette structure de santé. Les travaux de réalisation de cette infrastructure de santé qui ont été lancés en 2006 accusent beaucoup de retard. « Les responsables de la direction de la santé et de la population n’ont pas tenu leur engagement d’ouvrir cette structure le 1er novembre 2018 dernier. Cela fait 13 ans que nous attendons l’ouverture de cet hôpital pour mettre fin à nos déplacements vers les hôpitaux d’El-Eulma, Ain El-kebira et Sétif », dira un groupe de citoyens. A noter que la directrice de la santé et de la population avait annoncé depuis quelques mois que les travaux de cet établissement sont achevés et les équipements sont déjà acquis. Elle avait annoncé aussi que le personnel médical et paramédical est désigné. Cette dernière avait avancé également plusieurs dates pour l’inauguration de l’hôpital. Il convient de souligner que la réalisation de ce projet a coûté à la trésorerie publique une enveloppe financière estimée à 55 milliards de centimes. Les habitants réclament aujourd’hui l’ouverture de l’hôpital pour mettre fin à la dépendance de cette municipalité à l’établissement hospitalier d’Ain El-Kebira distant de près de 30 kilomètres. Il faut souligner que l’établissement d’Ain El-Kebira d’une capacité de 120 lits assure aujourd’hui la couverture sanitaire de 11 communes. La structure en question qui a été inaugurée en 1993 ne répond plus aux besoins d’une population en croissance constante.A. L.