La facture des importations de l’Algérie de produits alimentaires a reculé de plus de 400 millions de dollars (-10,5%), durant les cinq premiers mois de 2019, a appris l’APS auprès de la direction générale des Douanes algériennes (DGD). Globalement, la facture d’importation des produits alimentaires a atteint 3,53 milliards de dollars (mds usd) sur les cinq premiers mois de l’année en cours, contre 3,95 mds usd durant la même période de l’année écoulée, soit une baisse de près de 416 millions de dollars (-10,52%), précise la direction des études et de la prospective des Douanes (DEPD). Cette baisse s’explique, essentiellement, par une diminution des importations des céréales, lait et produits laitiers, des sucres… Représentant près de 33% de la structure des importations alimentaires, les céréales, semoule et farine ont atteint 1,153 mds usd, contre près de 1,433 md usd en 2018, soit une baisse de 19,46%. Les importations des produits laitiers ont également reculé à 619,16 millions usd, contre 701,13 millions usd, en baisse également de près de 11,7%. La facture d’importation du sucre et des sucreries, a elle aussi reculé pour totaliser 324,04 millions usd, contre 377,01 millions usd (-14,05%). Même tendance pour les résidus et déchets des industries alimentaires, dont les tourteaux et autres résidus solides qui ont été importés pour près de 240 millions usd, contre 354,54 millions usd, en baisse de -32,14%. De janvier à mai derniers, la baisse a concerné aussi d’autres produits alimentaires, mais de moindre ampleur. Il s’agit des importations du café et du thé qui se sont chiffrées à 152 millions usd, contre 156,26 millions de dollars (-2,73%), et celles des légumes avec (-2,37%), totalisant 134,12 millions usd, contre 137,38 millions usd durant la même période de comparaison. En revanche, d’autres groupes de produits de la structure des importations ont connu des hausses durant la période de comparaison. Les plus concernés sont les fruits comestibles, les animaux vivants et enfin des préparations alimentaires diverses. Ainsi, les importations des fruits comestibles (fruits frais ou secs) se sont chiffrées à 131,62 millions usd les cinq premiers mois de 2019, contre 82,16 millions de dollars à la même période de l’année dernière, soit une hausse de 60,20%, détaille la DEPD. Les importations d’animaux vivants ont atteint 119,37 millions usd, contre 95,02 millions usd (+25,62%) durant la même période de comparaison. Cette variation haussière a concerné aussi les préparations alimentaires diverses qui sont passées de 124,23 millions usd à 136,25 millions usd à la même période 2019 (+9,68%). En plus de ces principaux produits, le reste des biens alimentaires a été importé pour un montant de 644,02 millions usd, contre 586,35 millions usd (+9,83%). Concernant l’huile de soja et ses fractions, même raffinées, leurs importations ont reculé de 5,84&%, en s’établissant à 266,31 millions usd, contre 282,82 millions usd.
(APS)