Le front social dans la wilaya de Boumerdès est en effervescence suite à la dégradation du cadre de vie des citoyens et la pénurie d’eau qui frappe certaines localités. Avant-hier, plusieurs actions de protestations ont été déclenchées par les habitants de diverses localités pour dénoncer les conditions de vie qui ne cessent de se détériorer. En effet, les habitants de la commune Chabet-El-Ameur, au sud-est du chef-lieu de wilaya, ne décolèrent pas. L’eau potable, le gaz, le revêtement des routes, la couverture sanitaire sont entre autres les revendications des manifestants qui ont fermé le siège de l’APC, paralysant tous les services de la commune. A Boumerdès, des dizaines de travailleurs de l’ADE ont organisé un sit-in devant le siège de la direction pour dénoncer le licenciement abusif de plusieurs agents de sécurité exerçant au niveau de l’agence de Beni Amrane et revendiquent leur réintégration. Le siège de l’APC de la commune des Issers a été fermé également par les habitants du village Ouanougha, au sud de la commune pour dénoncer le laxisme des responsables locaux quant à la pénurie d’eau potable qui persiste dans leur contrée depuis plusieurs jours. «Cela fait plus de dix jours que l’eau n’a pas coulé dans nos robinets et les responsables ne font rien pour y remédier », s’insurgent-ils en dénonçant la sourde oreille à leurs doléances pourtant exprimées depuis longtemps. n