M. Ben Arar Harchouf, nouveau wali de la wilaya d’El Tarf, a multiplié ces dernières semaines les sorties sur le terrain afin de s’enquérir des taux d’avancement des projets de développement local. Sa dernière sortie a été consacrée à plusieurs localités des daïras de Besbes et de Bouteldja, situées respectivement à 65 km et 12 km du chef-lieu de wilaya. Le premier responsable de la wilaya était accompagné d’une importante délégation et de quelques directeurs exécutifs, notamment le chef de la daïra de Bouteldja, du directeur des ressources en eau et de l’ADE, du directeur de l’administration locale, ceux de la construction, des travaux publics et de la planification et de la programmation. Au cours de cette visite d’une journée, le wali s’est enquis des travaux de réhabilitation de plusieurs stades communaux. Dans la localité de Toufaha, dans la commune d’Asfour, daïra de Besbes, il a écouté avec attention les explications données par le directeur des ressources en eau concernant l’eau potable à partir du barrage de Bounamoussa dans la commune de Cheffia daïra de Bouteldja qui a une capacité de stockage de 165 millions de m3. Cette importante installation hydraulique, qui alimente El Tarf et une partie d’Annaba, nécessite de la part des autorités d’importants entretiens car le barrage est envasé, ce qui diminue inexorablement ses capacités de stockage. Lors de cette visite, le wali a été interpellé par les populations. Les citoyens ont exposé de nombreuses préoccupations qui enveniment leur quotidien. Les problèmes d’alimentation en eau potable, de chômage, de logements dans tous ses volets reviennent comme un leitmotiv.
Après ce franc dialogue, il a sommé chacun des directeurs exécutifs de noter et de prendre en charge les préoccupations légitimes de ces ruraux en apportant des correctifs afin d’améliorer leurs conditions sociales en prenant les mesures nécessaires, puis s’est rendu dans les communes de Asfour et Toufaha et a examiné la réalisation d’un puits pour fournir de l’eau potable aux habitants de la région, ainsi que le stade communal et l’avancement du projet. Au siège de la commune d’Asfour, il a écouté les préoccupations des citoyens et leur a promis de prendre les mesures nécessaires. Le wali s’est rendu dans la même semaine dans la daïra d’El Kala pour présider à une action de volontariat qui a permis d’enlever des tonnes d’ordures. Avant-hier, il était à Tonga dans la commune d’Oum Teboul, daïra d’El Kala, pour accueillir les enfants du Sud qui ont choisi la destination côte tarfinoise et ses sites verdoyants et ses belles plages. Une côte de 90 km, « de Chatt à proximité d’Annaba jusqu’à Oum Teboul, à la frontière algéro-tunisienne. n