La décision prise par le ministère de l’Industrie et des Mines de réduire l’importation des collections CKD destinées au montage industriel a pénalisé beaucoup d’entreprises dont l’Eniem, spécialisée en électroménager. Cette mesure, qui s’est traduite par une réduction drastique de la matière première destinée à la fabrication de toute la gamme de produits électroménagers (frigidaires, climatiseurs, cuisinières…), a contraint la direction à avancer le congé des travailleurs à compter d’aujourd’hui, mardi 2 juillet, au lieu d’août prochain, selon une source syndicale de l’entreprise. Elle cite une note affichée à l’intention des employés qui précise que le service minimum sera assuré au niveau de l’administration et du service commercial. Toutefois, ajoute notre source, la direction a informé que les travailleurs seront appelés à reprendre du service, à tout moment, si le ministère de tutelle décide de lever la main sur l’importation des kits CKD. Cette contrainte a induit une rupture des stocks de la matière première destinée à la fabrication de toute la gamme de produits obligeant ainsi la direction à l’arrêt de l’usine située dans la zone industrielle de Oued Aïssi, à une dizaine de kilomètres de Tizi Ouzou. «Tout est bloqué, ce qui a contraint l’administration à avancer le congé annuel des travailleurs à demain (mardi, Ndlr), avec le maintien d’un service minimum pour le service commercial et l’administration », a déploré le directeur général de l’Eniem dans une déclaration à l’APS. Il ajoutera que cette situation perdure depuis environ trois mois et fait suite au
« blocage de la matière première importée par l’Eniem au niveau du port d’Alger », a expliqué
M. Mouazer. Il a indiqué que
« l’Eniem n’a pas pu obtenir le renouvellement de sa licence d’importation et d’exploitation des appareils électroménagers qui devaient lui permettre de les récupérer, au niveau du port d’Alger et des entrepôts sous-douane, malgré les démarches effectuées dans les délais auprès du ministère de l’Industrie et des Mines ». Dans une démarche d’accompagnement de l’entreprise pour l’aider à la remise à flot de l’activité de production, le député du Rassemblement nationale démocratique (RND) de Tizi Ouzou, Tayeb Mokadem, avait sollicité par courrier le Premier ministre pour la délivrance d’une
« autorisation CKD » au profit de cette entreprise.