Pour sa 16e édition, le Festival Raconte Arts posera ses tréteaux du 16 au 26 juillet prochain au village Sahel. Le village haut perché sur les crêtes sinueuses de Bouzeguène, à une cinquantaine de kilomètres à l’est de Tizi Ouzou, fait sa mue pour accueillir les festivaliers et même des milliers de visiteurs férus de spectacles et d’animations en plein air sur des aires spécialement aménagées de ce village.
Dès la fin de l’édition précédente, qui s’est tenue à Teferdoud, dans la daïra de Aïn El Hammam, les organisateurs devaient fixer leur choix sur la prochaine destination du festival. Entre plusieurs villages candidats à l’accueil de Raconte Arts, Hassene Metref et son équipe de la Ligue des arts cinématographiques et dramatiques n’hésiteront pas à jeter leur dévolu sur ce village qui présente plusieurs avantages liés à l’espace urbanistique et architecturale de Sahel qui allie modernité et rusticité, en sus de la dynamique citoyenne qui anime ses habitants. Des qualités qui cadrent parfaitement au concept et à la ligne éditoriale du célèbre rendez-vous artistique estival annuel qui monte d’année en année en notoriété. Village de quelque quatre mille habitants, Sahel se pare de ses plus beaux atours pour accueillir l’événement. Outre la restauration de nombreuses maisons traditionnelles, les ruelles principales du village sont entièrement recouvertes de dalles en ardoise. D’autres espaces comme Tajmaât, les fontaines, la mosquée et d’autres espaces, qui donnent son charme et sa particularité à ce village, font l’objet d’une attention particulière. En plus des rues, d’autres sites dédiés à l’accueil des spectacles de plein air ont subi un traitement spécial. Depuis quelques temps, les équipes de Raconte Arts et les membres du comité et de l’association culturelle du village sont à pied d’œuvre pour la préparation de l’événement dans ses facettes techniques et logistiques. Rien n’est laissé au hasard par les représentants du village qui sont du reste rodés dans la préparation de tels événements et l’accueil du grand public, puisque Sahel accueille depuis 2015 la traditionnelle Fête de la figue de Barbarie dont la 12e édition se tiendra cette année en août prochain. Côté programme, le festival sera dédié à Kateb Yacine et à « Nedjma», l’œuvre emblématique de l’auteur de «Mohamed prend ta valise ». «Nedjma, l’inextinguible matière», est le thème générique de la rencontre qui consacre Kateb Yacine à l’occasion du trentième anniversaire de son décès. L’environnement constituera l’autre chapitre du festival qui mettra à l’honneur l’activité du tri sélectif et l’implication de la femme locale dans la gestion des déchets. Côté artistique, outre les activités et les animations habituelles qui se déploieront à travers les rues du village, à l’instar des performances artistiques in situ de Denis Martinez et le fameux carnaval qui constitue l’attraction de l’ouverture de Raconte Arts, l’artiste Cheikh Sidi BeMol, alias Hocine Boukella, originaire de la région de Bouzeguène, sera la tête d’affiche de l’événement qui accueillera d’autres figures artistiques non moins connues, à l’instar du chanteur Akli et de la cantatrice algérienne Samia Brahmia, célèbre, notamment, pour ses reprises des chansons d’Idir et de Slimane Azem. Les plages littéraires et conférences débats du festival mettront à l’honneur les journalistes et auteurs Mustapha Benfodil, H’mida Layachi et bien d’autres figures de la scène médiatique, littéraire et politique algérienne. Cette année, et pour sûr, Raconte Arts prendra les couleurs du mouvement du 22 février. Hacène Metref et Denis Martinez ont, du reste, annoncé la couleur, en publiant un texte-pétition appelant à l’amorce d’un véritable mouvement de la libération de la culture.