La diaspora algérienne établie en France devrait investir de nouveau l’espace public hexagonal en se mobilisant, aujourd’hui, dans une marche de soutien au mouvement populaire pour le changement.
La manifestation se déroulera sous les mots d’ordre « Pour la transition démocratique indépendante du système, pour l’Etat de droit et l’arrêt de la répression en Algérie ». Cette énième action de soutien à la mobilisation citoyenne en cours intervient au lendemain d’un 19e vendredi, marqué par le maintien de la mobilisation mais aussi pas le renforcement des mesures de coercition de la part des autorités. La diaspora, attachée à son pays, s’est inscrite tout naturellement, dès le début du mouvement populaire, en phase avec la révolution citoyenne, et participe à la construction de l’alternative démocratique et sociale. « En Algérie, nos compatriotes battent le pavé pacifiquement et massivement pour réclamer le changement radical du système. Mais ils se heurtent, en contrepartie, à un régime, acculé et dépourvu de toute légitimité et de soutien au sein de la société, qui s’enferme dans une logique d’entêtement et ne répond pas aux attentes de l’écrasante majorité des Algériens », regrettent des animateurs de la diaspora. Le régime, dénoncent les Algériens de France, « accroît la répression contre les citoyens et viole chaque semaine le droit de manifester en bloquant les accès à la capitale du pays ». Devant ces développements, la diaspora appelle le Haut-commandement militaire à « rendre le pouvoir au peuple », dénonçant, par la même occasion, toute atteinte aux droits humains et aux libertés fondamentales. « Nous exigeons la libération immédiate de tous les détenus d’opinion, la cessation immédiate des intimidations, ainsi que les entraves à la liberté de se déplacer et de manifester pacifiquement». Par ailleurs, la communauté algérienne établie à l’étranger a réitéré son rejet de toute ingérence étrangère.