La précision est de taille. Les ambitions de l’équipe nationale « ne sont pas revues à la hausse parce qu’on a toujours eu de l’ambition. Les deux victoires nous ont donné plus de confiance ». Le capitaine des Verts, Riyad Mahrez, a tout résumé hier en conférence de presse au stade Al Salam. Cet antre abritera la troisième rencontre de l’EN contre la Tanzanie demain (20h) pour le compte de la 3e journée dans le groupe « C » de la CAN 2019. Une sortie sans véritable enjeu comptable puisque la première place du quatuor est assurée. Néanmoins, Djamel Belmadi, présent à côté de son poulain, a tenu à préciser qu’il faudra l’aborder en étant impliqués.

Après avoir dominé le Kenya (2/0) et le Sénégal (1/0), les « Fennecs » devront changer de stade pour animer leur ultime sortie dans la phase de poules. Mêmes s’ils restent au Caire sachant que le stade Al Salam se trouve dans la capitale égyptienne. L’ambition est le maître-mot pour le chef de la barre technique et ses protégés. «Je ne me suis jamais caché, dès mon arrivée il y’a 10 mois j’avais dit qu’il fallait d’abord se qualifier puis ne pas juste participer mais avoir des ambitions et gagner. On a beaucoup interprété ces paroles de différentes manières», a rappelé Belmadi avant d’ajouter qu’«il suffit de voir notre classement FIFA pour comprendre qu’on n’est pas parmi les premiers mais après il suffit d’avoir de l’ambition mais on sait qu’au moindre faux pas on rentre à la maison.» Au sein d’ « El-Khadra », tout semble se dérouler parfaitement. Même si Yacine Brahimi a été touché et ménagé vendredi lors de la séance d’entraînement dans la soirée. «Brahimi a un petit souci de santé qui l’a empêché de jouer le match le match face au Sénégal et de s’entraîner hier mais ce n’est pas très grave», notera le sélectionneur. La place était pour la récupération s’agissant des titulaires. Si la mission première, à savoir se qualifier pour les huitièmes, a été accomplie, il reste le test tanzanien que le driver de l’Algérie prépare avec le même sérieux. «Je n’ai pas pour habitude de donner mes cartes, ce n’est pas parce qu’on est qualifiés que je vais faire tourner. Tout le monde est concerné, il n’y a pas que des titulaires et des remplaçants. Chaque joueur doit être prêt à jouer à tout moment, on fait tout pour qu’ils le soient», a indiqué l’ancien international algérien.

Un parcours de… favori
Notre sélection a, jusque-là, tenu son rang. Même si Belmadi a souvent insisté sur le fait que l’Algérie ne fait pas partie des favoris, elle se retrouve avec le billet de qualif’ acquis au bout de deux sorties seulement. Les teams qui ont fait de même ? Il y a l’Egypte (pays hôte), le Nigéria et le Maroc qui ne sont autres que de sérieux candidats au sacre final. A l’ambition vient se greffer l’humilité. Les propos de Mahrez le démontrent. Pour le pensionnaire de Manchester City : « Il n’y a pas de quoi se prendre pour le Brésil, ce ne sont que deux victoires, on peut retomber à tout moment », reconnaît-il. La dynamique est là. Les « Guerriers du Sahara » se devront de la préserver pour emmagasiner le maximum d’assurance qui sera un facteur important pour resserrer les rangs au maximum et instaurer la solidarité au sein du groupe. La Tanzanie reste un adversaire prenable sur le papier. Cependant, les « Taifa Stars » joueront certainement le match avec la volonté de décrocher un succès qui pourrait leur permettre de passer parmi les 4 meilleurs troisièmes qui seront repêchés. Pour l’éthique, Baghdad Bounedjah & cie devront jouer et essayer de l’emporter.