Le juge d’instruction près le tribunal de Magra (M’sila) a placé tôt hier en détention provisoire l’actuel et l’ex-présidents de l’Assemblée populaire communale de M’sila ainsi que trois autres employés de la même collectivité locale, poursuivis dans des affaires de corruption, a-t-on appris de source judiciaire. La même source a précisé qu’un autre employé dans la commune de M’sila a été placé sous contrôle judiciaire, tandis qu’un autre a été relaxé, relevant que les placés en détention provisoire sont inculpés de plusieurs chefs d’accusation dont «abus de pouvoir» et «dilapidation de deniers publics». Le juge d’instruction a entendu au cours d’une audience qui a duré plus de dix heures 28 témoins dans des affaires de corruption et sept (7) accusés, dont l’actuel et l’ex-présidents de l’Assemblée populaire communale de M’sila, et cinq employés de la même commune, a-t-on encore noté. Les détenus ont été présentés jeudi devant le tribunal de Magra dans une affaire relative à des «violations dans la gestion de la commune de M’sila entre 2012 et 2019, notamment les dossiers du parking, les œuvres sociales et les marchés», selon la police judiciaire, qui a ouvert des enquêtes dans ces dossiers. Le juge d’instruction près le tribunal de Boussaâda, toujours dans la wilaya de M’sila, avait placé cette semaine en détention provisoire l’ex-président de l’APC de Boussaâda et l’ex- secrétaire général de la même assemblée ainsi que le chef du service technique de l’inspecteur des domaines de Boussaâda, et un autre citoyen. Aussi, quatre autres personnes dont des ingénieurs ont été placées sous contrôle judiciaire et trois (3) autres relaxées dans une affaire de «trafic d’influence», «délivrance injustifiée de documents», «abus de pouvoir» et «délits d’obtention de documents sur fausses déclarations», «recel, et la rédaction intentionnelle de témoignages des faits matériellement incorrects».