Le choc subi par les tunisiens, suite aux deux attentats d’hier, a été atténué (pour certains d’entre eux) par la victoire algérienne de jeudi. Pas uniquement à cause des relations de fraternité entre les deux pays, ni parce qu’ils étaient contents de la qualification des Verts, mais surtout pour le but (l’unique de la rencontre) inscrit lors de cette confrontation face au Sénégal. C’est que l’auteur de la réalisation algérienne, Youcef Belaili, 27 ans, est une grande star en Tunisie. C’est une idole indétrônable pour les fervents (et ils sont très nombreux) supporteurs de l’Espérance Sportive de Tunis (EST), avec lequel il a presque tout gagné. Voir leur attaquant vedette inscrire et faire gagner la sélection algérienne, leur a permis de lâcher (même si c’était difficile) un sourire de satisfaction.

Mehdi, un tunisien installé en Algérie depuis plus de 7 ans, en est un parfait exemple. « Je suis un fervent supporteur de l’Espérance et on vénère tous Belaili à qui on doit beaucoup puisque grâce à lui nous avons gagné plusieurs titres, nationaux ou continentaux. Pour cette raison, je suis vraiment chauvin en supportant l’équipe nationale algérienne. Il suffit que Belaili joue avec eux et je ne peux que suivre » lâche-t-il avec le sourire.  Un fan des Verts de plus qui « survient » d’autant plus que la sélection tunisienne ne donne pas l’impression d’être au meilleur de sa forme, surtout après le nul concédé lors de son premier match dans cette CAN (nul, un but partout, face à l’Angola). Ce serait intéressant de voir sa réaction en cas de confrontation Algérie-Tunisie lors de cette CAN 2019…

Pour avoir une idée sur cette « osmose » entre les fans de l’EST et Belaili il suffit  de commencer par se fier au palmarès qu’il s’est fait sous le maillot de ce club (5 saisons, de 2011 à 2014, et de 2017 à 2019). L’enfant d’Oran a gagné, entre autres, quatre championnats avec le club, et une ligue des champions africaine en 2018 (la finale de l’édition 2019 devrait se rejouer après la CAN qui se déroule en Egypte). Belaili a été d’ailleurs souvent décisif lors des matchs importants surtout lors depuis son retour en Tunisie, en 2017.

L’EST doit beaucoup à l’attaquant algérien, mais c’est également dans l’autre sens. C’est que Youcef Belaili revient de loin, de très loin. En 2015 (à l’époque, il portait le maillot de l’USM Alger), et suite à contrôle positif à une substance interdite, la CAF l’avait suspendu pour 4 ans, avant de la diminuer à deux ans. En Tunisie, il a pu rebondir, et l’EST a été son terrain de repentance.

Son retour en force démontre en même temps l’immensité de son talent et une maturité faisant oublier ses erreurs de jeunesse. Un bel exemple pour les jeunes, algériens et tunisiens, avides de repères, de bons repères. Le combat contre le terrorisme ne peut pas être uniquement une question de forces de sécurité à mettre en avant. La lutte est sur tous les terrains, et ceux du football en priorité puisque la jeunesse s’y (re)trouve. Toutefois la repentance de Belaili sera sans aucun doute complète s’il sera l’artisan du sacre final, et permettre ainsi à l’Algérie d’avoir sa seconde étoile. Une éventualité loin d’être farfelue. Les espoirs sont immenses et le duo qu’il forme en attaque avec son ami d’enfance, Baghdad Bounedjah, peut donner de grands résultats. Déjà, et après deux journées, ces deux joueurs ont marqué deux tiers des buts algériens. Chaud devant…

@SalimKoudil

9h19#CAN2019 (05): Au-delà du match

(#CAN2019) Résultats des matchs disputés ce jeudi 27 juin 2019:

Groupe B:

Madagascar 1-0 Burundi

Groupe C:

Algérie 1-0 Sénégal (l’Algérie qualifiée)

Kenya 3-2 Tanzanie