Un mélange de colère, indignation, choc et de dégoût, mais surtout de tristesse a envahi les familles qui ont été obligées d’enterrer une seconde fois leurs proches, alors que beaucoup d’entre eux n’avait pas fini de faire leur deuil. «Un couteau remué dans une plaie encore ouverte», selon un jeune obligé de réenterrer son père.

La voracité des promoteurs immobiliers ne semble plus avoir de limite à Annaba. Ceux-ci ne reculent devant rien pour grignoter quelques dizaines de mètres carré qu’ils revendent au prix fort par la suite. Même les morts n’échappent plus aux pratiques d’entrepreneurs sans foi ni loi. Dans la nuit de mardi au mercredi, des dizaines de tombes du cimetière de Valmascort à Annaba ont été saccagées à cause des travaux nocturnes effectués par l’un des promoteurs de la wilaya. Les ouvriers qui procédaient aux travaux de terrassement d’un terrain au niveau du quartier huppé de Valmascort dans les hauteurs de la ville de Annaba, ont accidentellement provoqué un glissement de terrain conduisant à la démolition du mur de clôture du cimetière situé quelques mètres plus haut sur la colline. Ne faisant pas attention à ce petit dommage collatéral, les ouvriers ont poursuivi leurs travaux, provoquant ainsi un second éboulement entraînant ainsi une cinquantaine de tombes et de dépouilles qui ont chuté d’une hauteur de plus de 20 mètres.
Cette macabre histoire de profanation ne s’arrête pas là. Puisque les ouvriers auraient, selon des riverains et des témoins, tenté de camoufler l’affaire en creusant de nouvelles tombes pour enterrer incognito les dizaines de cadavres. Chose que les familles des défunts dont les tombes ont été profanées n’arrivent ni à comprendre ni à pardonner. Un mélange de colère, d’indignation, de choc, de dégoût, mais surtout de tristesse a envahi les familles qui se sont vu obliger d’enterrer une seconde fois leurs proches. «Ce promoteur vient remuer, par son avidité, le couteau dans la plaie», nous a affirmé l’un des hommes présent sur place.
Les éléments de la protection civile, de la police et des ouvriers de la commune de Annaba ont été dépêchés sur place pour venir à bout des dégâts, sécuriser les lieux et éviter tout débordement et réenterrer les dépouilles de ces hommes, femmes et enfants dont l’éternel repos a été perturbé par l’appât du gain de certains. Sur place aucune trace de l’entreprise ayant réalisé ladite résidence. Equipement, engins et matériel ont disparu. Aucun employé n’était sur place ; même le gardien censé surveiller la bâtisse a déserté les lieux. Pire encore, même le panneau distinctif d’identification du projet a été retiré. Les riverains nous ont assuré que c’était la Promotion SARL-Marsa AL Zitoune gérée par M. Talbi Nabil. Nous avons tenté de joindre l’entrepreneur à plusieurs reprises mais celui-ci n’était malheureusement pas disponible.