Pas moins de 15 cadres de l’Entreprise de gestion touristique de Tlemcen (EGTT) qui ont été présentés mardi par la Brigade financière (BEF) devant le parquet et le magistrat instructeur du Tribunal de première instance Tlemcen. Il s’agit du directeur général de l’EGTT, de l’actuel et l’ex-directeur régional de l’EGTT de Tlemcen, des directeurs des deux hôtels El Forsane (Saïda) et La Tafna (Maghnia), du directeur chargé du contrôle et de l’exploitation, de l’ex-président du comité des marchés de l’EGTT, des chefs des services commerciaux, du comptable et du contrôleur financier de l’EGTT, ainsi que plusieurs autres personnes qui ont bénéficié d’indus privilèges en matière de prise en charge (hébergement et restauration à titre gracieux). Les mis en cause doivent répondre de plusieurs chefs d’inculpation, dont détournement de deniers publics, malversations financières, surfacturations et non-respect du Code des marchés publics. L’entreprise espagnole Getinsa-Payma (ex-Getinsa Proes Send Castel), maître d’œuvre, devait assurer le suivi des travaux de modernisation et de réhabilitation des deux établissements hôteliers précités, pour un montant global de plus de 400 milliards de centimes. A ce titre, le bureau d’études n’a jamais entamé les travaux et le contrat a été résilié. L’enquête déterminera si ce bureau d’études a empoché des avances financières sur ce contrat. Il est reproché aux responsables de l’EGTT d’avoir entravé la réglementation en octroyant les marchés à deux entreprises privées pour des montants supérieurs à l’offre proposée par l’entreprise chinoise Zcigc, qui a été la moins-disante, mais sera écartée au profit d’une autre entreprise pour un montant de 230 millions de DA, soit 40 millions de DA plus élevés que la moins-disante. Le préjudice financier causé à l’EGTT s’élèverait à 11 milliards de centimes, selon une expertise judiciaire.