Par Moumene Belghoul

La confrontation Algérie-Sénégal ce soir au Caire devrait être riche en enseignements sur la suite d’une compétition longue et difficile, une suite qui pourrait être tributaire de beaucoup d’aléas. De ce face-à-face entre ces deux vieilles connaissances pourrait bien dépendre l’avenir de ce groupe C qui semble probablement déjà avoir choisi, sans grande surprise, ses représentants pour les tours à venir. La rencontre s’annonce chaude et disputée. Les deux adversaires, coachés par des entraîneurs qui se connaissent bien depuis leur jeune âge, également de vieilles connaissances donc, ont des arguments à faire valoir dont nous avons eu un échantillon lors des deux premières sorties respectives. Le Sénégal est actuellement la première équipe africaine au classement Fifa, et cela n’est point le fruit du hasard. Tout juste une nation secondaire footbalistiquement parlant durant les années 70 et 80, le Sénégal a su se placer comme un grand du continent dans ce sport roi si adulé par les foules. L’on se rappelle l’équipe fantastique d’El Hadji Diouf et de Henri Camara en Coupe du monde 2002 nippo-coréenne. Une génération qui avait enflammé les Africains pour les avoir représentés dignement en arrivant jusqu’en quart de finale du Mondial. Après cette Coupe du monde, le Sénégal devient un grand d’Afrique et s’inscrit définitivement sur la carte du football mondial. La victoire contre la France à cette époque favorite de la compétition, ainsi que la qualification face à la Suède restent dans les mémoires des observateurs. D’habitude n’intéressant que les clubs français, de grands clubs européens s’adjugent les services des meilleurs joueurs sénégalais. El-Hadji Diouf ira à Liverpool avec son compatriote Salif Diao et Fadiga rejoindra l’Inter de Milan. C’est le travail et l’abnégation d’un « petit » pays qui a su s’installer comme l’un des meilleurs sur le plan continental. Aujourd’hui, le Sénégal, qui n’a jamais battu l’Algérie en CAN, est venu en Egypte avec des ambitions établies : remporter le trophée. A méditer.