C’est le premier réel choc dans la 32e édition de la Coupe d’Afrique des nations (21 juin-19 juillet) en Egypte. L’Algérie et le Sénégal s’affronteront, ce soir (18h00) au stade 30 juin (Caire), pour le compte de la 2e journée de la poule « C ». Un duel au sommet et un véritable test pour chacun des deux prétendants, avec à la clé, la qualif’ en huitièmes de finale éventuellement.

A croire que ces dernières années leurs destins sont liés en CAN. Pour la troisième édition de suite, Sénégalais et Algériens se retrouvent en premier tour de la phase finale du tournoi continental. Et pour ce qui est des statistiques, les «Fennecs» ont l’avantage puisqu’ils ont décroché la victoire (2/0) en Guinée-équatoriale puis fait nul (2/2) au Gabon sur un doublé d’Islam Slimani. Depuis, des choses ont changé et les statuts aussi. «SuperSlim» n’est plus l’option principale en attaque puisque Baghdad Bounedjah a pris le poste de titulaire. Aussi, les «Lions de la Téranga» sont les Mondialistes en titre mais pas les «Verts» qui ont raté l’opus 2018 en Russie après avoir enchaîné deux participations en Afrique du Sud (2010) puis le Brésil (2014).

Cissé et Belmadi en mode tennis-ballon
Aussi, pas moins de cinq entraîneurs se sont succédé à la tête de la barre technique de l’EN alors qu’Aliou Cissé est là depuis mars 2015. C’est dire que de l’eau a coulé sous les ponts pour notre sélection. Hier, en conférence de presse d’avant match, Djamel Belmadi, driver d’« El-Khadra » qui s’est présenté seul face aux journalistes, a relevé ce point pour mettre la pression sur son adversaire du jour : « Ce match est attendu par tout le monde. On aura deux équipes, un certain potentiel et qui ont bien démarré la compétition avec des individualités ici et là. Ça reste un match de groupe et il y en aura un troisième. On prépare le match avec une concentration comme c’est le cas pour le Sénégal. Rien de particulier. Important mais pas décisif », note le successeur de Rabah Madjer. Pour sa part, son homologue s’est pris au jeu. Une stratégie pour laquelle il a opté depuis qu’il a su que l’Algérie sera son concurrent dans la poule « C ». « Nous avons gagné le premier match. Nous abordons les matchs les uns après les autres. Il y a le retour de Mané qui peut apporter beaucoup pour l’équipe. Je pense que ce statut de favoris devient une obsession. Il faut se concentrer sur l’équipe et sa progression. On veut faire plaisir au peuple sénégalais, car on est capable de faire beaucoup de différence », a indiqué l’ancien défenseur du Paris Saint-Germain.

Historique : avantage Algérie
Belmadi s’est basé sur l’historique récent pour dire que les coéquipiers de Sadio Mané, qui fera son retour dans le onze de Cissé après avoir purgé sa suspension pour le premier match, partent favoris dans le quartet « C ». Il le verrait même aller au bout de l’épreuve comme l’un des grandissimes prétendants à la consécration finale. Et il faut dire que, participation globale à part, les « face à face » algéro-sénégalais ont souvent tourné à l’avantage de l’Algérie. Bilan : 6 victoires, 3 nuls et 2 défaites avec 19 buts inscrits et 12 encaissés en 11 sorties officielles. Tout d’une bête noire et un statut à confirmer pour ce soir. A ce sujet, Cissé dira que : « les générations se suivent et ne se ressemblent pas. Cette génération est différente des autres. La plupart des joueurs sont nés dans les années 90. Ils ont d’énormes individualités et le plus important reste d’aborder la rencontre avec sérénité et concentration.» Le passé est le passé. Le football se conjugue au présent. C’est le résultat de ce soir qui sera pris en considération. L’objectif sera de rester au top du classement avant Kenya – Tanzanie (21h00).

Programme du jour
Groupe B :
Madagascar – Burundi (15h30)

Groupe « C » :
Sénégal – Algérie (18h00)
Kenya – Tanzanie (21h00)