Les employés de la filiale de Sonelgaz, « Sar » se sont déplacés à Constantine pour lever très haut leurs revendications.

Mais apparemment, les contestataires se sont trompés d’adresse puisque leur sit-in l’a été face à la direction de distribution de Constantine, à Bab El Kantara, qui dépend de la filiale SDC. «S’ils ont des choses à réclamer, ils n’ont qu’à aller à leur direction générale à Alger. Ici c’est la distribution, et la «Sar» ne dispose ici que d’une agence régionale qui ne leur sera d’aucun secours », nous dira un employé de la direction de distribution dont la voiture destinée au dépannage a été bloqué par les manifestants. C’est vrai qu’il y avait du monde, car les travailleurs de la Sar sont venus de 16 wilayas de l’Est. La Sar qui est une filiale de Sonelgaz, anciennement appelée Spas, est spécialisée dans le gardiennage et la sécurité des biens et des personnes des autres filiales de Sonelgaz, au nombre de treize. Etant la filiale qui emploie le plus de travailleurs, plus de 16 000 nous a-t-on assuré, Sar a toujours posé problème pour sa gestion à Sonelgaz. Cette dernière, qui fixe la prime annuelle pour chaque filiale, a « ignoré notre entreprise depuis des années », nous certifiera un travailleur venu de Batna. « La SDC a été destinatrice d’une prime de 3,9 salaire par employé, et c’est à peu près la même chose pour les autres filiales. A la Sar, nous dépassons à peine 2 salaires, ce n’est pas normal, vu que la performance exigée pour nos cadres est atteinte et même dépassée », nous dira toujours notre interlocuteur. Les protestataires mettront aussi en exergue leur mise à l’écart des prestations du partenaire social. En effet, clameront-ils, les vacances, la omra, les prêts sociaux, et les autres secours ne sont que pour les autres travailleurs des autres filiales, et dénonceront une mise à l’écart de leur entreprise qui ne se justifie pas. Un autre travailleur de Constantine nous parlera des promotions qui sont un vœu pieu à la Sar, « en plus nous n’avons pas les primes trimestrielles de zone, ni celle des risques et encore moins celle du travail de quart », rajoutera-t-il. « Cela fait exactement 19 ans que j’exerce à Sar, et je n’ai subi aucune promotion », nous affirmera aussi un gardien de Sétif. Malheureusement pour les protestataires, leurs doléances n’ont pu être transmises à aucun responsable, puisque la direction générale de Sar se trouve à Alger, comme nous l’avons signalé. En tout état de cause, les dizaines de travailleurs qui se sont déplacés à Constantine, comme ils auraient pu le faire à Bordj Bou Arréridj, Skikda ou Annaba, ont voulu faire le buzz pour alerter le premier responsable de Sonelgaz « qui sera peut-être sensible à nos revendications, car les autres avant lui nous considéraient comme la dernière roue de la charrette ».
Les contestataires promettront de « remettre ça » la semaine prochaine dans une autre wilaya si leurs revendications ne sont pas prises en charge, sinon, ils menacent de rejoindre en groupe le syndicat autonome de Sonelgaz pour constituer une force revendicatrice à même de faire aboutir leurs doléances.