Par Moumene Belghoul

Dimanche, juste après la rencontre face au Kenya, les journalistes sénégalais ne se faisaient plus d’illusions. L’Algérie est bel et bien l’un des favoris du tournoi égyptien. Et le fait de rejeter ce statut de favori au Sénégal ne fait que permettre «d’avancer masquer» pour préserver sa troupe d’une pression qui pourrait s’avérer néfaste dans ce type de compétition où le mental est primordial. Algérie-Sénégal semble indéniablement devenir un classique du football africain. Deux nations pour qui l’aspect technique n’est pas un vain mot. Les Sénégalais qui estiment, et le disent, que l’Algérie est leur bête noire n’ont pas aimé, dès le départ, ce hasard du calendrier qui a fait de les opposer à l’Algérie dès le deuxième match au résultat particulièrement décisif. La rencontre de ce jeudi est déjà considérée comme une affiche de cette CAN. L’une de ce premier tour où les calculs sont généralement coutumiers. Notamment pour les nations qui ont les moyens de leurs ambitions. La défaite de l’une des deux équipes pourrait déjà la condamner à arracher impérativement la victoire lors de la dernière rencontre du groupe, pour espérer continuer. Avec les effets indésirables de la tension qui pèserait indubitablement dans ce cas sur les épaules des joueurs. Algérie-Sénégal est une confrontation ou les stars seront suivies. Riyadh Mahrez, Sadio Mané qui jouent tous deux dans la prestigieuse Premier League sera le match dans le match. Les gradins seront assurément plus remplis pour voir évoluer ces deux stars à la notoriété établie. Durant les CAN de 2015 et de 2017, les rencontres Algérie-Sénégal se sont soldées par beaucoup de buts. Neuf réalisations sur deux rencontres de CAN, c’est dire l’aspect offensif qui généralement caractérise les face à face entre ces deux nations. Côté statistiques, l’Algérie part légèrement en avantage. Sur les cinq rencontres des dernières années, 3 victoires pour l’Algérie, un résultat nul, une seule victoire pour le Sénégal. Mais l’on sait déjà que les statistiques en football ne sont bonnes que pour remplir les chroniques de presse. Ce jeudi, sur l’excellente pelouse du stade de la défense aérienne au Caire, Algérie-Sénégal sera indéniablement porteur d’enseignements sur la suite.