Finalement, la comparution du jeune, responsable de la mort de quatre personnes, au mois de décembre 2018, a eu lieu hier au Tribunal de Constantine. Il a été condamné en première instance à la perpétuité, le jury ayant considéré qu’il n’avait aucune circonstance atténuante.
Les rumeurs les plus folles ont circulé à propos de l’accusé. Les uns affirmaient mordicus qu’il quitterait bientôt la prison vu les connaissances bien placées de son père. Les autres y voyaient une intervention de l’armée, le jeune écervelé était en compagnie de la fille d’un officier de gendarmerie. Finalement, tout cela était faux et vrai à la fois. Le suspect est le fils d’un « ponte » revendeur de boissons alcoolisées disposant d’un carnet d’adresses bien fourni, et sa compagne est bien la fille d’un colonel de la gendarmerie en retraite depuis des années. Les interventions qui leur ont été prêtées, si avérées, n’auront servi à rien. L’affaire remonte au 2 décembre 2018 aux environs de 18h. Des policiers en faction près du cabinet du wali contrôlent une Seat Leon, à bord de laquelle il y avait un couple. Après vérification, il s’avère que la voiture en question était sous le coup d’une recherche active, une plainte ayant été déposée par son propriétaire, un ex-colonel de la gendarmerie.
Le conducteur sera prié de suivre deux motards au commissariat central, distant de 200 mètres du lieu de contrôle. Le jeune au volant s’exécutera et suivra les deux policiers motorisés.
Au niveau du parking du commissariat central, une dispute éclatera entre le conducteur et sa compagne. Le jeune, âgé de 25 ans, placera son véhicule en travers de la route et démarrera en trombe. Heureusement que le Coudiat, le quartier administratif de la ville, n’était pas envahi par les travailleurs et surtout les collégiens et lycéens. Puis, le véhicule a tout simplement pris un envol au-dessus des escaliers reliant la butte du Coudiat pour atterrir 15 mètres plus bas, renversant sur son passage plusieurs piétons, avant de percuter une voiture de marque Renault Clio. Le bilan aurait été beaucoup plus lourd, si l’accident s’était passé une heure plus tôt. Néanmoins, entre la butte du Coudiat et l’avenue Abane-Ramdane, avenue plus connue sous l’appellation
« les Arcades », quatre vies seront fauchées et plusieurs blessés dénombrés. La fille qui était avec le conducteur de la Seat a rejoint les lieux de l’accident, car descendue du véhicule avant son « envol », à quelque 200 mètres du lieu de la dispute, elle reprendra son sac et son téléphone et partira tranquillement, profitant du moment d’effroi devant la scène macabre. L’âge des personnes décédées se situe entre 17 et 25 ans. L’auteur du drame, qui a affligé quatre familles, n’a pratiquement pas eu une égratignure. D‘ailleurs, il ne passera pas la nuit à l’hôpital, mais au commissariat central, arrêté juste après son délit par des agents de l’ordre. « Vu son état d’hébétude totale après qu’il eut été immobilisé, je pense que le prévenu n’était pas dans son état normal. Et ce n’est pas le choc qui l’avait étourdi, mais autre chose », nous a confié un officier de la police. Après enquête, il s’est avéré que la compagne du prévenu, la quarantaine bien affirmée, avait «confié» la voiture de son père à son protégé, «oubliant » au passage de dévoiler ce détail à son géniteur. Après sept mois, le coupable de la mort de quatre personnes payera son forfait par une peine à perpétuité.