Le problème de l’endettement des clubs professionnels algériens est toujours d’actualité, les pouvoirs publics n’ayant pas encore pris de décision ferme quant à cette situation récurrente qui revient à chaque inter-saison avec la réaction de la Ligue nationale de football, chargée du championnat des ligues 1 et 2 ainsi que de la Coupe d’Algérie.

Et justement, il se trouve que  la Ligue de football professionnel (LFP) vient d’annoncer sur son site que « tout club de Ligues 1 et 2 n’ayant pas réglé les arriérés financiers de ses joueurs et entraîneurs, avant le 31 juillet 2019, sera interdit de recrutement partiel ou total, nonobstant les autres sanctions prévues par les règlements».

Cette énième décision n’est pas la bonne solution, dans la mesure où on remarque que la Ligue de football n’a  pas été bien ferme. Car, cette précision «  d’autorisation  partielle » de recrutement ouvre bien des brèches pour des spéculations et mauvaises interprétations de la part de clubs s’estimant lésés dans la pratique. On pensait que cette nouvelle saison 2019/2020 serait celle de la fermeté totale à l’égard des clubs endettés, malheureusement, ce n’est pas le cas. Pourtant, on était bien optimiste pour une décision capable de mettre fin à ce problème récurrent des dettes des clubs lorsque, au mois de février dernier, le président de la Chambre de résolution des litiges de la Fédération algérienne de football (FAF), Maître Hamouda, avait annoncé qu’il n’y aura plus de seuil d’endettement à partir de l’été prochain. «Tout club ayant un petit dinar de dette ne sera pas autorisé à recruter de nouveaux joueurs, à partir du prochain mercato estival », avait-il annoncé le 7 février dernier sur les ondes de la Radio algérienne.

Avec ce dernier communiqué de la LFP, on reprend les mêmes anciennes décisions ! Le bureau fédéral de la FAF avait autorisé les clubs, ayant un milliard de centimes de dettes ou moins, à recruter de nouveaux éléments, lors des précédents mercatos ou périodes d’enregistrement.

 De la circulaire de la FIFA

 D’ailleurs le même responsable avait bien affirmé que «les nouvelles dispositions seront en application à partir du mercato estival prochain. Les anciens dossiers, dont celui de l’USM Annaba, seront pris en charge par la LFP» . Il a saisi l’occasion pour signaler que la circulaire FIFA n° 1628 du 9 mai 2018 sur les clubs endettés a été transmise à temps à tous les clubs algériens. Cette circulaire et I’article 64 du code disciplinaire de la FIFA prévoient de lourdes sanctions envers les clubs endettés, à savoir la défalcation de points et la rétrogradation en division inférieure. « Avant de passer à ces lourdes sanctions, le club endetté sera interdit de recrutement pendant trois périodes d’enregistrement. Il est prévu aussi que la conclusion d’un accord entre les parties en conflit entraînera automatiquement la clôture de la procédure disciplinaire », a souligné le président de la CRL.