Dimanche, lors de la victoire de l’équipe nationale face au Kenya (2/0), il y avait un joueur qui est sorti du lot. Même si pas mal de «Verts» ont livré une partie solide, Ismaël Bennacer était le plus en vue. Grâce à son gros volume de jeu, le sociétaire d’Empoli, rétrogradé en «Serie B» italienne, a pu aider l’équipe à gagner la bataille du milieu de terrain. Et ce, en présence du talentueux Victor Wanyama dans le camp adverse.
Le «Fennec» a été élu «man of the match». On ne pourrait dire que c’était volé tant sa prestation a été de très haute volée. Il a notamment été passeur décisif sur la seconde réalisation signée Riyad Mahrez à la 43e minute. Mais ce n’était pas tout pour l’ancien sociétaire d’Arsenal qui semble gagner des galons. Le tout, à 21 ans. Dans un secteur de jeu où il y a des places à prendre, il a réussi à convaincre Djamel Belmadi, son entraîneur, pour le faire jouer d’entrée contre les «Harambee Stars» alors que beaucoup pensaient que c’était Mehdi Abeid le mieux indiqué. D’autant plus que Bennacer s’était blessé dernièrement. Même si le pépin était léger.
Au total, celui qui a débuté sa carrière professionnelle sous le maillot d’Arles Avignon (France) a touché 50 ballons en réalisant 45 transmissions soit un pourcentage de 91.8%. Un taux très appréciable qui démontre la qualité de passes et le sens du placement de cet élément. Avec son trophée de meilleur joueur du match, il s’est présenté face à la presse après la partie. «Très content» de son trophée, il a tenu à souligner que «le plus important était le travail d’équipe et la victoire collective» en ajoutant que «la confiance du coach c’est super important. J’ai tout donné sur le terrain et essayé de respecter les consignes de l’entraîneur qui voulait la victoire dans cette rencontre.»

L’AS Rome et Naples comme courtisans
Associé à Adlene Guedioura dans l’entre-jeu, le gaucher a su mettre la densité qui fallait dans sa zone. Il a tout le temps proposé des solutions pour recevoir le ballon et fermé les espaces pour empêcher la construction du jeu des poulains de Sébastien Migné et leur progression. Bennacer a remporté 4 des 8 duels qu’il a eu à disputer. C’est du très solide et lucide quand il a servi Mahrez sur le break. Il a aussi réussi à combler les quelques errements de Ramy Bensebaïni qui n’a pas semblé à son aise comme arrière-gauche. Spécialement en première période avant qu’il ne devienne plus appliqué au retour des vestiaires.
En tout cas, au milieu de terrain, le onze d’Algérie semble avoir trouvé une assurance auprès du natif d’Arles. Dans deux jours, il devra, avec ses camarades, se mesurer aux Sénégalais qui comptent un certain Sadio Mané, suspendu pour le premier match et qui fera son retour contre les coéquipiers de Baghdad Bounedjah jeudi. Si le numéro 22 de l’EN réussit à rééditer ce même niveau de performances, il faudra s’attendre à sa côte d’envole et de voir les clubs se pointer pour l’enrôler. Le Naples SSC et l’AS Rome ont déjà coché son nom après sa remarquable saison en Italie en dépit de la relégation. Joueur et affaire à suivre.
M.T.