La déclaration faite dimanche par le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Hassane Rabhi, annonçant que l’ère de la planche à billet était « révolue », affirme que l’Algérie tourne résolument, la page de ce mode de financement non conventionnel, engagé fin 2017. Interrogé par l’APS sur les mesures que prendra l’Exécutif pour faire face à ses engagements budgétaires, notamment après l’abandon du financement non conventionnel, M. Rabhi a assuré que « le gouvernement avait pris des mesures devant permettre au pays d’éviter les risques qui pourraient porter préjudice à l’économie nationale ». « La préservation du pays, de l’économie et ses institutions nationales est la responsabilité de tout un chacun », a-t-il affirmé, en marge du lancement d’un programme de formation sur l’environnement au profit de journalistes.

Plus de détails dans nos prochaines éditions