Le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies a annoncé jeudi une suspension partielle de son aide alimentaire dans les zones du Yémen se trouvant sous le contrôle des autorités basées à Sanaâ, invoquant un risque de détournement de cette aide. La décision a été prise «en dernier recours après de longues négociations sur un accord visant à introduire des contrôles pour empêcher le détournement de denrées alimentaires de certaines des personnes les plus vulnérables du Yémen», explique le PAM dans un communiqué. Le PAM dit avoir «sollicité l’appui des autorités de Sanaa pour mettre en place un système d’enregistrement biométrique qui préviendrait les détournements et protégerait les familles yéménites qu’il sert mais explique «ne pas être encore parvenu à un accord». «L’intégrité de nos opérations est menacée et notre responsabilité envers ceux que nous aidons a été minée, assure l’organisation onusienne qui précise que cette suspension «va affecter 850.000 personnes». «Trop de Yéménites ont trop souffert pendant trop longtemps au cours de ce conflit en cours. Nous continuerons à rechercher la coopération des autorités basées à Sanaâ et nous restons optimistes quant à la voie à suivre», poursuit le PAM. Le PAM dit avoir «sollicité l’appui des autorités de Sanaâ pour mettre en place un système d’enregistrement biométrique qui préviendrait les détournements et protégerait les familles yéménites qu’il sert mais explique «ne pas être encore parvenu à un accord». «L’intégrité de nos opérations est menacée et notre responsabilité envers ceux que nous aidons a été minée, assure l’organisation onusienne. «Trop de Yéménites ont trop souffert pendant trop longtemps au cours de ce conflit en cours. Nous continuerons à rechercher la coopération des autorités basées à Sanaâ et nous restons optimistes quant à la voie à suivre», poursuit le PAM. L’organisation basée à Rome se dit prête à «reprendre immédiatement les distributions de vivres dès que nous serons parvenus à un accord sur un exercice indépendant d’identification des bénéficiaires et le déploiement d’un système d’enregistrement biométrique. Elle précise qu’elle maintiendra des programmes de nutrition pour les enfants souffrant de malnutrition, les femmes enceintes et les mères allaitantes pendant toute la durée de la suspension. Le Yémen est en proie à une guerre entre rebelles yéménites chiites Houthis et une coalition de pays arabes menée par l’Arabie saoudite, qui a tué des dizaines de milliers de personnes, dont de nombreux civils, selon les ONG. Les Houthis contrôlent une bonne partie du nord et l’ouest du Yémen et sa capitale Sanaa. Le conflit a tué des dizaines de milliers de personnes, dont de nombreux civils, selon diverses organisations humanitaires.